Quelles seront les cibles de l'intervention française ?
La France frappera à distance des centres de commandement et de défense aérienne, et des cibles militaires précises. Le tout, en essayant d'éviter les dommages collatéraux. Elle essaiera sûrement de frapper l'aviation et l'hélicoptère de Bachar al-Assad. Il semble cependant difficile d'opérer ce type de frappes sur des stocks et des dépôts d'armes chimiques. Dans tous les cas, il n'y aura pas d'intervention terrestre.

Quelles armes la France peut-elle utiliser ?
On utilisera sûrement les frappes Scalp (Système de croisière conventionnel autonome à longue portée), qui sont des missiles de croisière situées sur les Rafale. On ne survolera pas la Syrie en tant que telle. Les bases françaises peuvent être celles d'Abou Dabi ou Djibouti, tout va dépendre du rayon d'action. Mais de toute façon, il faudra ravitailler les avions en vol donc plus ils seront près des cibles, mieux ce sera ! 

Combien de temps l'intervention peut-elle durer ?
La durée dépendra du nombre de cibles qui sera déterminé. La France va tenter d'en détruire le plus possible pour placer Bachar al-Assad en position de faiblesse afin qu'il soit obligé de trouver une solution diplomatique et non militaire. La France est actuellement dans une stratégie de punition et de dissuasion, ce qui prouve que l'intervention sera limitée. Notre pays cherche aujourd'hui à dire : vous avez employé des armes chimiques, voilà ce que vous obtenez en retour. La France veut les dissuader de recommencer. Mais soyons honnêtes, personne n'a envie de se lancer dans une véritable opération militaire d'envergure car, d'une certaine manière, cela compliquerait les choses. Tout le monde a en tête la volonté de trouver une solution politique : il faudra qu'à un moment donné, Bachar al-Assad aille à la table des négociations.