Personne en Syrie ne doit plus pouvoir accéder aux stocks d'armes chimiques. Les inspecteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), sur le terrain depuis un mois, ont annoncé ce jeudi que l'arsenal chimique syrien est sous contrôle. "Tous les stocks d'agents chimiques et d'armes chimiques ont été placés sous scellés, des scellés impossibles à briser", a indiqué un porte-parole de l'OIAC. Les sites de productions ont par ailleurs été déclarés inutilisables.

Les stocks représentent "1.000 tonnes d'agents chimiques et 290 tonnes d'armes chimiques", a précisé le porte-parole, soulignant que ceux-ci étaient restés sur les sites. "Nous ne sommes pas encore dans la phase de mouvement", a-t-il ajouté. Une référence à la deuxième phase prévue de la mission : l'OIAC, qui avait reçu le prix Nobel de la paix début octobre, est chargée de superviser la destruction de l'arsenal chimique syrien.

Une destruction de l'arsenal chimique ordonnée d'ici la mi-2014

Cette mission fait suite au vote d'une résolution des Nations unies, adoptée dans la foulée d'un accord russo-américain sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien après une attaque chimique meurtrière le 21 août près de Damas. Bachar al-Assad, président syrien, soutenu par la Russie, nie en être responsable et assure qu'il s'agit d'une provocation de la rébellion.

Les inspecteurs ont jusqu'à présent visité 21 des 23 sites déclarés par la Syrie, et 39 de leurs 41 installations. Les deux sites restants ont été évités "pour des raisons de sécurité", mais Damas "a fait savoir que ces sites avaient été abandonnés" et les inspections ont été clôturées, a précisé l'OIAC. La Syrie avait jusqu'à vendredi pour mener à bien cette première phase. Le 5 novembre, le conseil exécutif de l'organisation se réunira pour examiner la suite du programme et en fixer les dates butoirs avant le 15 novembre. La résolution de l'ONU ordonne la destruction complète de l'arsenal chimique syrien d'ici à la mi-2014.