1. Chasser

Ironie du sort… Certains produits de beauté sont néfastes pour la santé. Entre 20 et 50 ingrédients - parabènes, plomb, alkylphénols, formaldéhyde… - entrent dans leur composition et sont considérés comme des perturbateurs hormonaux, allergisants, voire cancérigènes.

Selon l’Association Santé Environnement France qui a publié un guide gratuit (en PDF) sur le sujet, les lingettes, autobronzants, antitranspirants et vernis à ongles traditionnels seraient à bannir. En cause les substances chimiques, toxiques et hyper-agressives contenus par ces derniers. Fuyez aussi tout ce qui contient du parabène (shampoing, crèmes) considéré comme un perturbateur endocrinien (hormones).

2. Vérifier

Nulle trace de "green bashing" ici. Juste un constat : si près de 40 % des cosmétiques classiques contiendraient au moins un perturbateur endocrinien, les produits "Bio" eux ne seraient concernés qu’à 2 %. Optez pour les gammes de produits de beauté écologiques.

Mais gare, ce n’est pas parce que l’emballage est vert que la crème est bio. Pour être sûre que votre produit répond bien à des critères en termes de santé et d’environnement, vérifiez qu’il porte l’écolabel européen ou les labels "Eco-cosmétique" ou "Bio-cosmétique".

3. Se repérer

A défaut d’une législation européenne, il existe moult labels de cosmétiques bio, répondant à différentes chartes chères à différents pays. Malgré quelques petites différences, tous offrent de sérieuses garanties. Il existe deux niveaux de certification : le label Bio, pour "cosmétiques écologiques et biologiques" et le label Eco pour des "cosmétiques écologiques".

Ils garantissent à différents niveaux, un taux minimum d'ingrédients d'origine naturelle et transformés selon des procédés validés. Pas de traces de parfums de synthèse, de silicones, glycols, OGM, nanomatériaux ou de produits pétrochimiques… Le respect de l'environnement (emballages recyclables et non polluants, tri sélectif…), sans oublier bien sûr l’absence de tests des produits finis sur les animaux.