Avant même que la nouvelle Manif pour tous ne débute dimanche, une rumeur courrait toujours. La Préfecture de Police de Paris aurait trafiqué les images de la précédente manifestation du 24 mars pour minimiser la mobilisation des anti-mariage gay ? Une vidéo publiée samedi sur le Facebook de Tprod assure à travers un documentaire amateur, que la préfecture de police a "grossièrement retouché les photos". Ils étaient 1.4 million de personnes selon les organisateurs et 300.000 selon les chiffres de la préfecture. Frigide Barjot, chef de file de la Manif pour tous, s'est empressée d'accuser l'administration de falsification.

Le documentaire, bercé par une musique digne des plus grands films policiers, n'hésite pas à mettre en lumière ce que les opposants considèrent comme un complot. "Le gouvernement, aidé d'un certain nombre de médias manifestement partisans et complaisants, masquent la réalité de votre action massive et pacifique. Ils montent une campagne de dénigrement contre la Manif pour tou", dénonce Frigide Barjot dans un communiqué. Un blogueur tente de démontrer comment la "Préfecture a d'abord dégradé le film dans son ensemble en le mettant dans une définition extrêmement faible et d'ailleurs d'un format inconnu". Après plusieurs comparaisons, les auteurs du documentaire, qui n'est pas signé, font un constat sans appel: les photos qui permettent de compter le nombre de manifestants ont été retouchées.

Un membre de l'AFP assure que les images de la préfecture ont été modifiées ?

Juste avant le départ du cortège de ce dimanche, Frigide Barjot affirme qu'un journaliste de l'AFP a visionné les images et estimé qu'elles étaient "trafiquées". Les journalistes de l'agence de presse ont effectivement analysé ces photos dans la semaine. Elles étaient "tellement compressées qu'il en résulte une déperdition d'informations qui pouvait laisser penser qu'elles ont été retouchées", estimait l'AFP. Dans le documentaire diffusé par le collectif, une voix-off confirme avoir fait examiner les photos "polémiques" dans un laboratoire où le sigle AFP est visible. On peut également y voir un "expert" qui porte un badge de l'agence analyser les images. Ce dernier est catégorique: "je confirme que toutes les photos n'ont pas eu le même traitement (..) les photos sont passées par une post production".

Sur certains points, l'AFP reste ambiguë. L'agence a réagi ce dimanche et dément avoir attesté d'une quelconque manipulation. Mais aucune explication n'est donnée sur l'expert AFP qui apparaît dans la vidéo. Contacté par Metro , le rédacteur en chef de l'agence ne souhaite faire aucun commentaire: "On se tient exclusivement à ce que nous avons écrit ce matin dans notre dépêche". "L'expert" qui assure que les photos ont été truquées appartient-il à l'agence ? L'agence savait-elle qu'il participait à une vidéo mettant en cause la Préfecture de police? Ces questions restent en suspens.

"Aucun membre du collectif n'a contacté la préfecture pour venir visionner les vidéos"

La Préfecture de police a également publié un démenti ce dimanche: "Reprenant une rumeur circulant sur les réseaux sociaux, un porte parole de la Manif pour Tous a fait état de la "falsification" des photographies aériennes de la manifestation du 24 mars dernier mises en ligne par la préfecture de police. Cette rumeur est sans fondement. La préfecture de police rappelle que les organisateurs ont toujours la possibilité de visionner dans ses services le film vidéo dont sont extraites ces photographies".

De son côté, la Manif pour tous déclare n'avoir toujours pas pu visionner les vidéos originales et annonce sur son compte Twitter, une action judiciaire: "Nous avons décidé d'assigner le Préfet de Police en référé mesures utiles pour obtenir les vidéos". La Préfecture de police de Paris assure à Metro que, "ni Frigide Barjot, ni aucun membre du collectif n'a contacté la préfecture pour venir visionner les vidéos".