Plus d'une semaine après la tuerie de Chevaline, Zainab al-Hilli, l'une des deux survivantes, est de retour en Grande-Bretagne. L'annonce a été faite vendredi par la gendarmerie locale, qui n'a précisé le lieu "tenu secret" de destination de la délégation venue chercher la petite Britannique.

Cette dernière est sortie dimanche du coma artificiel, dans lequel elle était plongé depuis la découverte des corps de son père, sa mère, sa grand-mère et d'un cycliste tous tués par balles, comme l'a depuis affirmé l'enquête. La petite Britannique avait, quant à elle, subi de graves blessures à la tête et reçu une balle dans l'épaule.

"On ne peut pas tout attendre d'elle"

La question de l'audition de la jeune fille reste donc en suspens, comme l'a indiqué un porte-parole de la gendarmerie, qui n'a pas tenu à préciser si elle avait été entendue avant son départ pour l'Angleterre. "Il s'agit d'un élément d'enquête sur lequel nous ne nous exprimerons pas", ajoutant qu'"il faut laisser cette petite fille tranquille. On ne peut pas tout attendre d'elle", a indiqué le lieutenant colonel Vinnemann.

Selon les éléments de l'enquête, la fillette de 7 ans serait la seule à avoir vu le ou les assaillants et à pouvoir indiquer leur nombre et donner des éléments de description. Son audition pourrait avoir lieu ailleurs que dans le milieu hospitalier, par des personnes habilitées à réaliser ce type d'entretien avec des enfants, a ajouté un membre de la gendarmerie.

Une enquête est en cours, des deux côtés de la Manche, avec la volonté affichée de préserver les divers protagonistes et de prendre le temps de l'investigation.