A quel moment avez-vous décidé de vous engager dans la révolution ?
L'Ukraine est un pays très jeune. Notre lutte aujourd'hui ce n'est pas simplement la lutte pour la dignité humaine, c'est une lutte pour que l'Ukraine soit un véritable Etat de droit. Le début de la crise, c'est le refus de la signature des accords de Vilnius avec l'Europe. Nous avons compris à ce moment-là que Ianoukovitch voulait nous livrer à la Russie. Je n’ai pas rejoint la révolution, je l'ai commencée. Nous sommes là pour la révolution.

Quel est votre rôle ?
Je suis le commandant du quartier général de Maïdan, le responsable de la défense. Mes troupes protègent le périmètre de Maïdan Mes hommes sont bien préparés et seulement une partie d'entre eux sont des paramilitaires. Ce n'est pas une révolution d'extrême droite mais une révolution populaire. Nous sommes un mouvement transversal, qui rassemble toute la société. L'attente du peuple ukrainien est de sortir de la corruption pour entrer dans l'Union européenne par la grande porte, tous ensemble.

"Ianoukovitch n'a pas la légitimité pour choisir à notre place"

Dans la rue, les gens disent qu'ils veulent aller jusqu'au bout, jusqu'à la prise du pouvoir. Pourquoi avoir décidé de stopper le processus ?
J'ai été blessé plusieurs fois, je connais le terrain vous savez. Ce qui nous a arrêtés, c'était l'emploi des lances à eau. Avec les températures, cela devenait impossible de poursuivre le combat. C'est devenu une guerre de positions. J'ai peur que tout cela prenne une tournure similaire à une guerre de tranchées. Nous voulons une nouvelle Constitution et la ratification d'un traité avec l'Union européenne.

Qui sont les révolutionnaires de Maïdan ?
Parmi nous il y a des artistes, des intellectuels, des ouvriers, des députés, des médecins, des étudiants venus de toute l'Ukraine... Ils ne sont pas que des gardes de barricades, ils sont le cœur et l'esprit de cette résistance qui veut en finir avec ce gouvernement qui refuse l'Europe. C'est au peuple d'Ukraine de choisir son destin et Ianoukovitch n'a pas la légitimité pour choisir à notre place.