La tentation sécessionniste s'étend à l'est de l'Ukraine. Près d'un mois après le rattachement de la Crimée à Moscou, des activistes pro-russes font aujourd'hui vaciller Donetsk. La seconde ville du pays a en effet été proclamée "république souveraine", lundi, suscitant l'inquiétude du gouvernement pro-européens de Kiev. Celui-ci a dénoncé "un plan" de Moscou pour "démembrer" le pays.

Masqués ou cagoulés, des manifestants étaient barricadés dès dimanche au siège de l'administration de Donetsk pour hisser le drapeau russe. Objectif : organiser un référendum sur leur souveraineté régionale d'ici le 11 mai, et rejoindre la fédération de Russie. Si ces revendications ne sont pas nouvelles, la création de cet "Etat souverain" tourmente Kiev autant qu'elle conforte Vladimir Poutine dans sa stratégie. Le président russe s'est en effet engagé à défendre "par tous les moyens" les populations russophones des républiques de l'ex-URSS en cas de violences.

Une "nouvelle guerre du gaz"

Fragilisée, l'Ukraine l'est également sur le front économique. La crise frappe de plein fouet, et les perspectives se sont encore aggravées la semaine dernière avec l'augmentation-sanction de 80 % du prix des livraisons de gaz russe. "La Russie a échoué à s'emparer de l'Ukraine par l'agression armée. Elle lance maintenant le plan pour s'emparer de l'Ukraine par l'agression gazière et économique", a tonné ce week-end le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk.

Lire aussi >> La Russie réclame 11,4 milliards d’euros à l’Ukraine

Le nouvel homme-fort a également agité le spectre d'une nouvelle "guerre du gaz" pouvant menacer les approvisionnements européens. Et pour cause : Gazprom, le géant gazier russe souvent accusé d'être un bras armé du Kremlin, fournit environ le tiers des approvisionnements de l'UE. Et près de 40% de ce gaz transite via l'Ukraine. Une menace prise au sérieux par Bruxelles : une réunion du "groupe de coordination du gaz" - qui gère les stocks de gaz des 27 - est prévue mardi pour faire le point sur l'état des réserves des Etats membres.