Certains ont peur des robots, d'autres sont curieux et une bonne partie les aime déjà beaucoup trop. Voici ce qui ressort d'une étude originale menée les 20 et 21 février derniers par You Gov pour le Huffington Post aux Etats-Unis. 1 000 personnes formant un panel représentatif ont ainsi répondu à une série de questions concernant leurs idées, envies et espoirs en matière de robotique.

L'idée de relations sexuelles entre l'homme et la machine semble avoir déjà fait du chemin. Ils sont 18 % à être certains que la technologie permettra ce type de rapport. Si 11 % des personnes interrogées se déclarent indécises, 9 % n'hésiteraient pas une seconde. D'ailleurs pour 31 % des Américains, coucher avec un robot ne serait pas synonyme d'adultère et 26 % se questionnent.

La réalité rattrapera-t-elle Hollywood ?

Bercée par Hollywood et des auteurs comme Isaac Asimov, plus d'une personne interrogée sur deux imagine que dès 2030, les robots aideront aux tâches ménagères, conduiront nos véhicules et seront envoyés au front. Cependant, seulement 33 % souhaitent voir les androïdes effectuer les obligations quotidiennes à leur place. Le docteur Leila Takayama de l'université de Stanford en Californie le confirme au Huffington Post : "Ces résultats sont cohérents avec nos propres études. Nous avons découvert que les gens préfèrent l'idée de travailler avec les robots plutôt que d'avoir des machines besognant à leur place." Cette idée est plus répandue chez les personnes âgées de plus de 65 ans que dans les autres tranches d'âge.

Toutes ces considérations concernant l'arrivée prochaine des robots dans nos vies prennent une certaine consistance ces derniers temps. Google a d'ailleurs débuté les tests de ses voitures sans conducteur à Mountain View en Californie. Cet état et le Nevada sont les deux premiers à avoir émis des lois régissant ce type de transport. A ce rythme là, peut-être allons-nous enfin voir débarquer les fameuses voitures volantes promises pour l'an 2000.