La collision a été évitée de justesse. Les faits se sont produits le 19 février dernier au-dessus du tarmac de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. Alors qu'il se trouvait en approche des pistes, un vol Air France, qui effectuait la liaison Barcelone-Paris, a failli percuter un drone qui se trouvait à proximité, a rapporté jeudi 3 mars le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), qui qualifie l'incident de "grave".

Le drone volait en toute illégalité

Selon les détails fournis par le BEA, l'Airbus A320 volait à une altitude de 5500 ft (1600 mètres) et se préparait à atterrir quand le copilote a aperçu un drone. Informant le commandant de bord de la présence de l'engin, le copilote a déconnecté le pilote automatique et effectué une manœuvre pour éviter la collision. Selon le commandant de bord, le drone a frôlé l'appareil, passant environ cinq mètres en dessous de l'aile gauche de l'Airbus. L'équipage a alors informé le contrôle aérien de la présence de ce drone tandis que l'avion de ligne reprenait son approche des pistes de Roissy.

En aucune manière cet engin n'aurait dû se trouver là. Les règles encadrant l'usage des drones sont très strictes, notamment en ce qui concerne les engins de loisir qui ne peuvent voler aux abords d'un aéroport et ne peuvent dépasser 150 mètres d'altitude.

A LIRE AUSSI
>>
Les 10 règles du pilote de drone amateur pour voler en toute légalité
>>
Service, ponctualité, indemnisation : et les meilleures compagnies aériennes sont...
>>
VIDÉO – Cet aigle d'élite capture avec ses griffes un drone en plein vol