Il y a quelques mois, Washington avait été pris de panique après l'annonce erronée d'un attentat à la Maison-Blanche, causée par le piratage du compte twitter de l'agence Associated Press. En Russie aussi, la propagation d'une fausse information vient de faire une grosse frayeur à la population. Mais cette fois, les autorités locales peuvent être directement montrées du doigt.

A Tioumen, en Sibérie, la branche régionale du ministère des Situation d'urgence (ça ne s'invente pas) a en effet annoncé vendredi matin sur son site Internet qu'une fuite de chlore dans un réservoir d'eau avait fait 55 morts et 163 blessés. La nouvelle a aussitôt été relayée par plusieurs médias du pays. Et pour cause : le ministère des Situations d'urgence n'avait mentionné nulle part qu'il ne s'agissait que d'un exercice.

55 infarctus ?

Selon son communiqué officiel, un nuage toxique se dirigeait vers le centre de Tioumen, où vivent plus de 600.000 habitants. Après avoir été assailli d'appels téléphoniques, l'organe a fait amende honorable et assuré qu'il allait "tirer au clair la situation".

Trop tard pour éviter les sarcasmes. "Après un tel 'exercice' et son 'scénario' sur 55 cadavres imaginaires, on peut avoir 55 cadavres réels, morts d'un infarctus", a ironisé sur son compte Twitter l'opposant à Vladimir Poutine Alexeï Navalny.