"Une année de violences sans précédent contre les juifs de France". Le rapport du Service de protection de la communauté juive (SPCJ) est sans appel : l'antisémitisme s'est accru en 2012. En cause notamment, l'assassinat de quatre juifs à Toulouse et l'attaque d'un supermarché casher à Sarcelles, lesquels ont été suivis de pics de violences qui ont globalement augmenté de 58%.

Les juifs de France ont été "la cible de deux attentats en moins de six mois", déplore le SPCJ dans son rapport qui doit être remis mercredi matin au Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Premier d'entre eux, l'affaire Merah. Le 19 mars, Mohamed Merah a tué trois enfants et un père juifs devant une école de Toulouse et fait un blessé grave. Puis le 6 octobre, un engin explosif a été jeté dans un supermarché casher de Sarcelles (Seine-Saint-Denis).

"28 actes en 8 jours"

"Loin de susciter une prise de conscience, les attentats de Toulouse et de Sarcelles ont été suivis d'une augmentation très marquée des actes antisémites", écrit le SPCJ. Ainsi, après la tuerie de Toulouse, "90 actes ont été recensés en 10 jours", dont un grand nombre "commis en faisant référence au soutien ou à l'identification à Merah". Après l'attaque de Sarcelles, il y a eu "28 actes en 8 jours", dont "de nombreux cas de tirs au pistolet à plomb contre des Juifs", selon le SPCJ.

Les années précédentes, les pics de violences antisémites étaient plutôt liés à des développements de l'actualité internationale, notamment au Proche-Orient. Ainsi, 832 actes antisémites ont été enregistrés en 2009, suite à l'offensive israélienne dans la bande de Gaza lancée en décembre 2008.

55% des violences racistes commises contre des Juifs.

En 2012, il y a eu 614 actes antisémites contre 389 en 2011, en hausse de 58%, selon les auteurs du rapport. Ce bilan se décompose en 177 actions antisémites (homicides ou tentatives, violences, dégradations...) et 437 menaces (propos, tracts ou inscriptions).

Pour le SPCJ, 55% des violences racistes commises en France ont été dirigées contre des Juifs. "Selon les services du ministère de l'Intérieur, 175 faits de violence physique à caractère raciste ont été enregistrés: 96 faits à caractère antisémite, 70 faits à caractère raciste et xénophobe et 9 faits à caractère antimusulman."

Le SPCJ a été créé en 1980 après l'attentat de la rue Copernic à Paris (4 morts, 46 blessés) par le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), le Fonds social juif unifié (FSJU) et les consistoires.