Elle est née le 20 décembre 1897. A 116 ans, Filomena Tapie, une femme vivant dans un hameau niché au cœur de la Cordillère des Andes, au Pérou, vient de toucher une pension de retraite pour la première fois de sa vie. Elle bénéficie d'un nouveau programme mis en place par le gouvernement péruvien pour aider les personnes âgées en situation d'extrême pauvreté, a indiqué le ministère du Développement.

"Je ne suis pas du siècle passé, jeune homme, mais de l'autre", a déclaré la vieille dame au fonctionnaire l'accompagnant pour encaisser son premier chèque de retraitée. Elle va désormais recevoir des soins médicaux gratuits et une pension mensuelle de quelque 250 Soles (65 dollars). "J'ai eu une vie très dure, j'ai été veuve très jeune avec neuf enfants à charge et j'ai beaucoup travaillé pour les élever. Seuls trois d'entre eux sont vivants", a-t-elle raconté.

"J'aimerais avoir encore des dents"

La centenaire a ensuite livré le secret de sa longévité : "L'alimentation naturelle", à base de pommes de terre, de viande, de lait et de fromage de chèvre, et de fèves. "Tout ce que je cuisine vient de mon jardin, je n'ai jamais mangé de conserves ni bu de boissons gazeuses", a ajouté celle qui n'a jamais quitté son village de Pocuto, dans la province de Huancavelica (est).

Ce régime alimentaire lui a tellement réussi que Filomena Tapie pourrait être la doyenne de l'humanité. En effet, si sa date de naissance est bien exacte, elle est née trois mois avant la Japonaise Misao Okawa, considérée jusqu'à présent comme la femme la plus âgée du monde, selon la liste établie par le GRG (Gerontology Research Group). La centenaire japonaise est née le 5 mars 1898. Plus vieille femme du monde "officielle" ou non, il ne manque à ce petit bout de femme qu'une chose pour être totalement comblée. "J'aimerais avoir encore des dents", a-t-elle regretté.