La vidéo, d'une durée de quatre minutes, a fortement choqué les internautes. Diffusée sur Snapchat et Facebook au lendemain du nouvel an, elle montre deux hommes et une jeune femme passer une soirée dans un appartement, à grands renforts d'alcool et de stupéfiants. Dénudée et visiblement inanimée, la fille est ensuite humiliée, violée et agressée sexuellement à plusieurs reprises, notamment au moyen d'une bouteille de whisky. 

Mais alors que les deux hommes soupçonnés d'avoir mis la vidéo en ligne ont été arrêtés dimanche à Perpignan pour suspicion de “viol aggravé”, la jeune femme identifiée sur les images comme la victime ne souhaiterait pas porter plainte. Selon M6 et Le Parisien, elle serait la petite-amie de l’un des suspects et explique que l’acte sexuel en cause était “consenti”. Une information confirmée par le procureur de Perpignan, lors d'une conférence de presse ce mardi midi.

"Etat de choc extrême"

Cette déclaration, toutefois, pose question, car lors de la descente de police au domicile d'un des agresseurs présumés, la jeune femme est retrouvée "prostrée dans un coin de la pièce", "en état de choc extrême". Immédiatement, elle est transférée à l'hôpital. Les auteurs de la vidéo, eux, sont scotchés devant leur ordinateur.

A l'issue de leur garde à vue, les deux hommes ont été déférés devant le juge très tôt ce mardi. Selon BFM TV, qui cite une source policière, "ils disent avoir des remords, et reconnaissent la gravité des faits." Si le viol ou l'agression sexuelle n'étaient pas retenus aux yeux de la loi, les deux hommes pourraient toutefois être poursuivis pour "diffusion d'images à caractère pornographique". Par ailleurs, le procureur annonce qu'une information judiciaire est ouverte pour "viol en réunion", "enregistrement et diffusion d'images d'un viol en réunion" et "atteinte à la vie privée". La demande de mise en examen des auteurs présumés va être examinée dans la journée. 

EN SAVOIR +
>> Viol diffusé sur Snapchat : deux suspects arrêtés, la victime hospitalisée
>> Viol sur Snapchat : une enquête est ouverte