Des images insoutenables qui suscitent dégoût et indignation et tournées dans un abattoir "certifié bio". Quatre mois après le scandale de l’abattoir d’Alès, une nouvelle vidéo choc de l'association de défense des animaux L214 a été dévoilée, mardi 23 février. Dans cet enregistrement de 4 minutes 30 secondes, filmé selon l'association dans l'abattoir "certifié bio" du Vigan (Gard), on voit un employé lancer violemment des agneaux récalcitrants contre des barrières. Les bovins et les porcs, censés être égorgés après avoir été étourdis, sont saignés alors qu'ils sont éveillés et bougent. Plus sordide encore, un salarié, visiblement amusé par la réaction des bêtes, leur assène à plusieurs reprises des décharges électriques tandis que d'autres leur donnent des coups de poing.

Le Foll dénonce "des pratiques intolérables"

"Même dans un abattoir tourné vers le bio et le local, les animaux perdent la vie dans la souffrance", déplore la chanteuse Nili Hadida, du groupe Lilly Wood and the Prick, qui présente la vidéo. Et demande une nouvelle fois au nom de l'association "une commission d'enquête parlementaire sur les méthodes d'abattage dans les abattoirs français". Car ces images interviennent quatre mois après une première vidéo filmée en caméra cachée à l’abattoir municipal d'Alès, également dans le Gard, qui avait provoqué des réactions indignées, une enquête judiciaire, et la fermeture temporaire de l’abattoir.

Contacté par metronews, l'abattoir incriminé, qui concède avoir regardé la vidéo qui tourne sur Internet, ne souhaite "pas répondre aux questions des journalistes". Il devra néanmoins répondre à celles de la justice. Suite à la plainte déposée par L214, qui dénonce "des faits de sévices graves, mauvais traitements sur animaux et violation de la réglementation relative à l'abattage", une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet d'Alès mardi. Cette enquête sera menée par la brigade nationale d'enquêtes vétérinaires et phytosanitaires, en co-saisine avec la brigade des recherches de la gendarmerie du Vigan, indique le procureur Nicolas Hennebelle dans un communiqué. Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a par ailleurs condamné "avec la plus grande fermeté ces pratiques intolérables et a immédiatement diligenté une enquête (...) afin de faire toute la lumière sur les faits dénoncés et de déterminer les responsabilités".

EN SAVOIR + 
>> Cruauté sur des animaux à l'abattoir d'Alès : le parquet ouvre une enquête

>> Brigitte Bardot compare l'abattoir d'Alès aux "méthodes des nazis"

Attention, certaines images peuvent choquer