Onze secondes. Malgré la courte durée de la vidéo, les images ont massivement et rapidement envahi les réseaux sociaux. Ce jeudi 24 mars, pour protester contre la loi Travail, de nombreuses manifestations et blocages étaient organisés dans toute la France. Devant le lycée Henri-Bergson, 27 rue Edouard-Pailleron, dans le 19e arrondissement de Paris, la situation a très vite dégénéré.

Un coup de poing en pleine figure

A 10h30, une vidéo est ainsi postée sur YouTube. On y voit un jeune homme au sol encadré par plusieurs policiers. Un des fonctionnaires lui lance : "Alors, lève-toi ! Lève-toi !" Un autre, alors que le jeune est désormais debout, le prend par le cou. Dans la seconde qui suit, le premier policier lui assène un coup de poing en pleine figure. Le jeune tombe au sol suscitant une clameur générale des lycéens. La vidéo s’achève.

Contactée par metronews, la préfecture de police de Paris s'est refusée à tout commentaire, indiquant seulement que l’IGPN, police des polices, était saisie. 

EN SAVOIR +
>> Les manifestations dégénèrent, voitures brûlées et multiples interpellations
>> 71% de Français opposés à la loi Travail, Valls répond : "Vous l'aurez quand même"

Deux policiers blessés

Une autre source proche du dossier nous indiquait alors que la victime est un adolescent âgé de 15 ans, scolarisé au lycée Henri-Bergson. En début d'après-midi, nous écrivions qu'il avait été interpellé et placé en garde à vue juste après les faits, avant d'être relâché. Or, contrairement aux informations que nous avions récoltées, Libération affirme, citant la préfecture de police, que ce n'est pas le jeune homme frappé qui avait été placé en garde à vue, mais un autre, qui aurait frappé deux policiers.

Des violences qui nous ont été confirmées : "Un policier a eu le pouce retourné et l'autre crachait du sang. Ce dernier est allé faire un scanner à l’hôpital d’instruction des armées Percy à Clamart", nous a indiqué une source proche du dossier. Et d'ajouter : "La vidéo dure 11 secondes, on ne voit pas ce qu'il se passe avant, ni ce qu'il se passe après. L'IGPN fera son travail."

Finalement, la préfecture de police communique

En fin de journée, finalement, la préfecture de police de Paris a envoyé un communiqué de presse pour faire état des incidents survenus dans la capitale. Elle y mentionne notamment ce qui s'est passé devant le lycée Henri Bergson en début de matinée. 

Dans le document, on peut ainsi lire : "Dans la matinée, des projectiles ont été jetés sur les véhicules de police faisant des passages aux abords du lycée. Des manifestants ont mis le feu à des poubelles. L’un des manifestants, auteur des jets de projectiles, se montrait très virulent envers les effectifs. Lors de cette intervention les fonctionnaires du commissariat du 19e arrondissement ont procédé à plusieurs interpellations dans des conditions difficiles. Certains fonctionnaires étaient blessés à cette occasion et l’un d’entre eux était conduit à l’hôpital".

La préfecture de police ajoute qu'après "avoir pris connaissance des conditions de cette intervention et notamment de l’interpellation objet de la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, a immédiatement demandé au préfet de police, Michel Cadot, de faire diligenter une enquête administrative par l’Inspection Générale de la Police Nationale".