Scène d'horreur à Volgorad, en Russie. Une kamikaze originaire du Daguestan, république instable du Caucase russe, a tué lundi six personnes en se faisant exploser dans un autobus rempli d'étudiants. Un attentat qui a ravivé les craintes concernant la sécurité à 100 jours des JO de Sotchi. 

"Six personnes ont été tuées ainsi que la femme kamikaze" dans l'explosion survenue vers 14h00 heure locale. "L'enquête a été ouverte pour attentat terroriste, meurtre et trafic d'armes et d'explosifs", a ajouté un responsable du comité d'enquête, Vladimir Markine, dans un communiqué.

"Beaucoup d'étudiants" à bord du bus

Selon les informations diffusées par la branche locale du comité d'enquête, la kamikaze "s'est récemment convertie à l'islam". Il s'agit de Naïda Assialova, 30 ans, habitante de Makhatchkala, capitale du Daguestan, république instable du Caucase, proche de la Tchétchénie, a précisé Vladimir Markine. Selon les enquêteurs, elle avait fait ses études à Moscou où elle a fait la connaissance de Dmitri Sokolov, son futur époux, qu'elle a "enrôlé" dans la mouvance islamiste armée.

Il y avait "beaucoup d'étudiants" à bord du bus au moment de l'explosion, survenue en plein milieu du véhicule, a indiqué sur la radio Echo deMoscou Vladimir, un habitant de Volgograd dont la fille est sortie indemne de l'attentat. "Le bus a été déchiqueté (...) C'était affreux", a-t-il ajouté.