C'est la première fois qu'il prenait la parole à l'Assemblée depuis sa nomination à l'Ecologie il y a une semaine. Pour son baptême du feu sur les bancs du gouvernement, Philippe Martin, le remplaçant de Delphine Batho, a enflammé l'hémicycle. Le nouveau ministre de l'Environnement répondait à une question adressée à Jean-Marc Ayrault par le député UMP des Hauts-de-Seine Patrick Balkany sur la hausse des prix de l'électricité.

"La vérité, c'est que nous devons gérer votre fuite en avant"

"Une fois de plus vous vous en prenez au pouvoir d'achat de nos concitoyens", avait d'abord lancé le maire de Levallois. Dénonçant "une hausse intolérable", ce très proche de Nicolas Sarkzoy avait ensuite accusé le gouvernement de Jean-Marc Ayrault d'en être directement responsable pour avoir "fait le choix de sacrifier la filière du nucléaire au lobby des Verts".

Le sang de Philippe Martin, député PS du Gers jusqu'à mardi dernier, n'a fait qu'un tour. S'il a d'abord répondu calmement à la question de Patrick Balkany, mettant en avant le fait que "le gouvernement a fait le choix de protéger le pouvoir d'achat des Français par un lissage des hausses sur plusieurs années", il est sorti de ses gonds au moment où il détachait ses yeux de ses notes : "La vérité, c'est que nous devons gérer votre fuite en avant, la vérité c'est que décidément, monsieur Balkany et vos amis, vous avez un problème avec la vérité des comptes publics !", s'est-il écrié. Les députés de l'opposition sauront à quoi s'attendre lors des prochaines séances de questions au gouvernement.