Il a montré son mécontentement à sa façon. Le propriétaire chinois d'une Maserati à 325 000 euros a fait détruire sa voiture mercredi par quatre hommes armés d'une massue, à l'ouverture d'un salon automobile à Qindgao (est de la Chine). Après une petite minute de coups, la voiture a terminé les vitres brisées et la carrosserie défoncée. Objectif de l'opération : protester contre le mauvais service après-vente auquel le client estime avoir eu droit.

Porte pas réparée et carrosserie rayée

Wang a acheté son véhicule en 2011 pour 325 000 euros, soit environ 100 fois le salaire annuel moyen d'un citadin chinois. Mais ce prix conséquent n'a pas empêché les problèmes : il a alors dû amener sa voiture à réparer. Et il reproche au personnel de lui avoir facturé des pièces d'occasion au prix de neuves, de ne pas avoir réparé un problème de portière et d'avoir rayé sa carrosserie.

"J'espère que les fabricants étrangers de voitures de luxe ont bien compris que les consommateurs chinois étaient en droit d'attendre des services proportionnés à la marque", a clamé Wang au Qingdao Morning Post, le journal local. De son côté, la firme regrette que "le propriétaire ait démoli la célèbre voiture en public pour faire sensation, avant d'avoir trouvé un accord". Si la Chine est un marché clé pour les marques de luxe, les carrossiers pourraient rapidement s'y intéresser.