L'enseignant avait déjà été condamné en 2006 en Grande-Bretagne à 15 mois d’emprisonnement et à une exclusion de tout travail avec des enfants pour "relations sexuelles avec un enfant à partir d’une position de confiance" et pour "voyeurisme". Les révélations faites ce vendredi soir par Najat Vallaud-Belkacem sur Richard A, 55 ans, le professeur de mathématiques arrêté mercredi pour pédophilie à Villemoisson-sur-Orge (Essonne), font froid dans le dos. L'Education nationale connaissait les antécédents de cet homme, a en effet indiqué la ministre.

En 2007, une commission administrative paritaire académique l'avait auditionné en présence de son avocat. "Elle avait conclu, à l’unanimité de ses 35 membres présents, à l’absence de sanction, ayant constaté que 'la matérialité des faits reprochés était sujette à caution et que le doute devait lui profiter'", a expliqué Najat Vallaud-Belkacem.

Considérant que "cet aveuglement devant des faits si graves ne peut rester sans suite", la ministre de l'Education national a fait savoir qu'elle "avait "pris la décision de diligenter immédiatement une enquête administrative qui devra faire toute la lumière sur les responsabilités de chacun". Et d'ajouter : "Je prendrai, bien évidemment, le cas échéant, les sanctions qui s’imposent".

"Jamais cette première condamnation n'a été évoquée"

Joint par metronews ce vendredi soir, Catherine Lucas de la FCPE (Fédération des conseils de parents d'élèves) de Villemoisson est tombée des nues. Une réunion pour les parents d'élèves s'est en effet tenue ce vendredi matin au sein du collège. "Jamais cette première condamnation n'a été évoquée, s'indigne-t-elle. La situation est déjà très dure, tout le monde est inquiet, et alors que les vacances commencent, on apprend cela". Une cellule psychologique avait été mise en place au sein du collège après la découverte des faits..

Jusqu'à mercredi dernier, jour de son interpellation, Richard A. 55 ans, enseignait les mathématiques à des élèves scolarisés en classe de 6e, 5e, 4e et 3e au collège Blaise Pascal de Villemoisson-sur-Orge . Il y a deux jours, les policiers étaient allés le chercher à son domicile de Sainte-Geneviève-des-Bois. A l'issue de sa garde à vue jeudi soir, le quinquagénaire avait été mis en examen notamment pour "agression sexuelle sur mineur de 15 ans et détention d'images à caractère pornographique d'un mineur de 15 ans avant d'être placé en détention provisoire.

Des milliers d'images pédopornographiques

C'est un jeune homme, interpellé le 10 février dernier pour des faits distincts, qui a permis de procéder à l'interpellation du suspect. Celui-ci avait en effet confié à un enquêteur du commissariat de Corbeil-Essonnes que des jeunes avaient fait appel à lui pour organiser un expédition punitive à l’encontre d’un individu susceptible d’avoir commis des faits d’agressions sexuelles. "Ils lui avaient expliqué qu'ils avaient récupéré un téléphone que d'autres jeunes avaient caché dans un buisson près d'un centre commercial, a précisé le procureur de la République d'Evry Eric Lallement. En visionnant la carte micro SD qui s’y trouvait, ils avaient découvert des images et des vidéos pédo-pornographiques. Quelques jours plus tard, ils avaient vu une personne circulant à bord d'un véhicule qui semblait chercher ce téléphone et avaient décidé de le punir" .

Dans le téléphone du professeur, les enquêteurs ont découvert plusieurs milliers d’images et de vidéos pédo- pornographiques. Sur des captures d'écran, le quinquagénaire apparaissait dans des échanges de nature sexuelle avec un mineur résidant à l'étranger. Les policiers ont également retrouvé dans le mobile une vidéo dans laquelle le professeur était en présence d'un mineur sur lequel il commettait une agression sexuelle. "Trois photographies datées du 4 février 2016 montraient ce même enfant assis sur un canapé dans un appartement" ajoute le parquet.

"Fantasmes envers des jeunes garçons"

Au cours de sa garde à vue, le quinquagénaire qui est aussi chanteur "mélancomique" selon lui et qui donne des concerts pour les enfants, a reconnu avoir téléchargé des vidéos et des images à caractère pédo-pornographique. "Il a indiqué avoir des pulsions sexuelles et des fantasmes envers des jeunes garçons âgés d’une douzaine d’années, qu’il aimait voir dénudés ou en train de se masturber" a précisé le procureur de la République.

Parmi les fichiers, "aucun ne concerne d'élève de l'établissement dans lequel travaillait l'enseignant", a indiqué le parquet d'Evry.

A LIRE AUSSI
>>
Agressions sexuelles sur mineurs : deux ans ferme pour l'ancien directeur d'école
>> Agressions sexuelles sur mineurs : l'ancien professeur ne se voit pas "pédophile"
>> Le directeur de l'école de Villefontaine révoqué
>> Nouvelles plaintes pour viol contre le directeur d'école
>> Soupçonné de viol, déjà condamné, comment le directeur d'école a-t-il pu être choisi ?