La Suisse vient de dire non, à l'issue du référendum organisé dimanche, à l'expulsion automatique des criminels étrangers. C'est une particularité du pays : alors que depuis 1958, la France n'a organisé que 9 référendums, les Suisses ont été consultés sur la même période sur plus de 500 initiatives populaires, sur des sujets divers. Et là-dedans, il y a du bon et du moins bon.

► "Pour des salaires équitables"
En novembre 2013, la Jeunesse socialiste suisse propose de limiter les salaires des patrons à douze fois le plus bas salaire de l'entreprise. Initiative rejetée. Un sort qu'a également connu celle "Pour des impôts équitables", rejetée en 2010. Tout ce qui concerne de près ou de loin l'argent, on n'y touche pas.

► "La santé à un prix abordable"
En mai 2003, le Parti socialiste suisse propose de changer le financement de l'assurance-maladie, pour que le système soit plus équitable. Initiative rejetée. Comme la majorité de celles concernant la santé.

► "Droits égaux pour les personnes handicapées"
Toujours en mai 2003, les Suisses refusent de modifier la constitution pour y interdire les discriminations envers les personnes handicapées.

► "Lutte contre l'alcoolisme"
La lutte contre l'alcoolisme, en 1966, consistait surtout en l'augmentation des taxes sur les boissons alcoolisées. Initiative rejetée. En 1998, les Suisses en rejetteront une similaire : "Pour une politique raisonnable en matière de drogue".

► "6 semaines de vacances pour tous"
Six semaines minimum de vacances pour tous, contre quatre par an jusqu'ici ?. Fidèles à leur réputation de sérieux, les Suisses ont répondu non à cette question en 2012.

► "Pour une Suisse sans arme et pour une politique globale de paix"
Ce qu'il faut savoir avec les Suisses, c'est que tout ce qui concerne les armes et le nucléaire, c'est sacré. Alors, sans surprise, en 1989, l'initiative est rejetée.

► Les propositions choc de l'UDC
L'Union démocratique du centre est à la Suisse ce que le Front national est à la France. On leur doit quelques initiatives populaires aussi marquantes que controversées. Florilège :

- "Pour des naturalisations démocratiques" : rejeté en juin 2008.

- "Contre la construction de minarets" : accepté en novembre 2009.

- "Pour le renvoi des étrangers criminels" : accepté en novembre 2010.

- "Contre les abus dans le droit d'asile" : rejeté en novembre 2012.

- "Contre l'immigration de masse" : accepté en février 2014.

- "Pour le renvoi effectif des étrangers criminels" : rejeté ce dimanche 28 février. Leur première grande défaite démocratique.

A LIRE AUSSI
>> 
PHOTOS - Suisse : l'UDC, ce parti populiste abonné aux affiches chocs
>> 
Législatives en Suisse : pourquoi la droite anti-immigration a cartonné