Une proposition de loi déposée lundi par un sénateur Les Républicains, Alain Fouché, vise à supprimer l'amende de 68 euros (minorée à 45 euros si payée dans les 15 jours) pour les automobilistes flashés à moins de 10km/h au-dessus de la vitesse maximale autorisée, ceux-ci ne se voyant plus sanctionnés que par la perte d'un point sur le permis. Pour vous aider à vous faire un avis sur cette idée, avant de vous inviter à voter ci-dessous, metronews a demandé à deux experts, Daniel Quéro, le président de l'association 40 millions d'automobilistes (à l'initiative de cette proposition), et maître Jehanne Collard, avocate spécialiste des victimes d'accident de la route, de confronter leurs arguments.

► POUR - Daniel Quéro : "Il faut redonner une image plus positive aux radars"

"En tant qu'association représentant les automobilistes raisonnables, nous constatons que ce sujet horripile l'opinion. Posez autour de vous la question : 'A quoi servent les radars ?' Dans neuf cas sur dix, on vous répondra que c'est une pompe à fric, un instrument de racket. Et c'est vrai : quand vous voyez que certains radars flashent plus de 450 fois par jour, essayez de faire comprendre au retraité qui s'est fait prendre pour 1 ou 2 km/h de plus en allant faire ses courses qu'il doit payer 45 ou 68 euros, et que cela sert à la sécurité routière ! Si la route est véritablement dangereuse, qu'on change sa configuration !

Il faut arrêter de prélever de l'argent pour les petits excès de vitesse, la vie est suffisamment difficile. Cela montrera que les radars sont un véritable instrument de sécurité routière et redonnera une image plus positive à cet outil controversé : une politique comprise, c'est une politique à laquelle tout le monde peut adhérer. Or là, on augmente sans cesse le nombre de flashs et de radars, et on arrive à un point où l'on constate qu'il n'y a plus d'amélioration de la mortalité routière, mais même au contraire une légère dégradation.

Je me suis récemment rendu en Angleterre, qui reste la meilleure élève de la classe européenne. Quand j'ai dit là-bas qu'en France, 720 millions d'euros étaient prélevées chaque année par les radars automatiques, les gens ont levé les bras au ciel en m'expliquant que chez eux, où la tolérance est beaucoup plus grande – l'autoroute est limitée à un équivalent de 110 km/h, mais jusqu'à 130 on ne vous dit rien -, jamais l'opinion n'accepterait que l'on fasse de l'argent sur la sécurité routière. Les Anglais sont en effet pour la règle du 85-15 : dans leur esprit, 15% des gens sont des chauffards, et ce sont eux qu'il faut chasser. Chez nous, tout le monde est puni."

► CONTRE - Jehanne Collard : "Envoyer un tel signal aux automobilistes serait criminel"

"On peut dire tout ce que l'on veut mais on ne peut pas s'opposer à des réalités démontrées : l'augmentation d'une vitesse de 5 ou 10 km/h augmente considérablement la gravité de l'accident et la possibilité même qu'il y ait un accident. Si l'on décidait de supprimer les amendes pour les excès de vitesse inférieurs à 10 km/h, on enverrait aux automobilistes un signal disant qu'ils peuvent maintenant dépasser la vitesse autorisée en toute impunité.

Si nous étions sur une période de 4-5 ans de baisse de la mortalité routière, nous pourrions décider d'une telle suppression des amendes, car ce serait un signal positif. Nous dirions alors : 'vous avez pris conscience de la gravité des comportements sur la route, vous êtes presque tous devenus citoyens, il faut qu'on commence à dépénaliser.' Mais donner ce signal à une époque où les chiffres de la sécurité routière sont mauvais, le nombre de morts étant en augmentation depuis un an, serait criminel. J'assume ce terme : je rappelle que la route, c'est 4.000 décès par an.

Il est hallucinant de voir que nous sommes dans un pays où dans le domaine de la sécurité routière, on ne supporte pas d'être sanctionné quand on viole la loi. Pourquoi les associations d'automobilistes militent-elles pour une telle permissivité ? C'est leur business, elles font leur job, même si je le réprouve. Mais qu'un élu de la République fasse une telle proposition de loi, c'est insensé. Selon eux, les radars seraient une question de rentabilité et non de sécurité. Mais allez voir sur le site de la sécurité routière, vous verrez que les accidents de la route coûtent chaque année 20 milliards d'euros à la France. Et l'on sait que l'argent des radars, qui sauvent des vies, va à la sécurité routière."

À LIRE AUSSI
>>
Fini les amendes pour les petits excès de vitesse ?
>> Les “radars de chantier” sont le nouveau cauchemar des automobilistes

 Et vous, qu'en pensez-vous ? Votez ci-dessous et n'hésitez pas à nous laisser vos commentaires dans l'espace dédié de cet article ou sur notre page Facebook.