L'inquiétude monte encore d'un cran au Brésil où Zika continue de frapper sévèrement une population déjà très impactée par le virus. Si tout le continent sud-américain se bat actuellement contre la prolifération du moustique tigre et la pandémie qu'il a engendrée, le Brésil reste le pays qui paie le plus lourd tribut.

Avec 1,5 million de personnes infectées et alors que le carnaval de Rio touche à sa fin, drainant de nombreux voyageurs, le Brésil tente de faire face comme il peut devant l'épidémie qui sévit en multipliant les campagnes de désinfection pour lutter contre le petit insecte porteur du virus.

10% de plus de bébés atteints en seulement une semaine

Si dans la plupart du temps le virus Zika est sans gravité, on le soupçonne fortement de favoriser l'émergence de graves séquelles neurologiques chez les bébés dont la mère a été infectée pendant la grossesse. Et au Brésil les cas confirmés de microcéphalie sont passés la semaine dernière de 462 à 508, soit une augmentation de 10% en seulement 7 jours. Sans compter que 3935 bébés sont encore en cours d'examen pour être diagnostiqués ou non comme des cas de microcéphalie.

EN SAVOIR + >> Virus Zika et microcéphalie : les rumeurs vont bon train

Si le lien entre Zika et microcéphalie n'a pas encore été formellement établi, de nombreux soupçons pèsent sur le virus. L'OMS doit d'ailleurs se prononcer dans les jours qui viennent sur un éventuel rapport de cause à effet. En attendant l'organisation à déclarer "une urgence de santé publique de portée mondiale."

Un vaccin testé sur l'homme en 2016 ?

Parallèlement à ces nouvelles fortes inquiétantes, Le groupe pharmaceutique américain Inovio Pharmaceuticals, a annoncé qu'il allait tester un vaccin anti-Zika sur des humains avant la fin 2016. Cette décision intervient, selon cette société, après des tests concluants chez des souris qui auraient réussi à développer une réponse immunitaire. Toujours selon le groupe, des expériences sur le singe devraient immédiatement avoir lieu avant de faire passer des essais à l'homme pour la fin de l'année.

Mais il convient de rester prudent car ce n'est pas la première annonce de ce type. Des chercheurs américains et  canadiens avaient, il y a quelques semaines, déjà déclaré qu'un vaccin sortirait de leur laboratoire avant la fin de l'année. Du côté de l'OMS on se veut beaucoup plus prudent puisque, selon l'organisation, des essais cliniques à grande échelle ne devraient démarrer que dans 18 mois. Affaire à suivre donc.  

À LIRE AUSSI
>> Zika : trois patients colombiens décèdent des suites du syndrome de Guillain-Barré
>> Virus Zika : un site pour savoir si vous devez vous inquiéter
>> 5 choses à savoir sur le virus Zika