Dix-sept bénévoles de l’association de défense pour l’environnement Les Blongios se sont retrouvés ce samedi plaine de la Poterne dans le Vieux-Lille. Objectif : aménager deux sites d’hibernation pour les chauves-souris.

Le travail est assez physique. Il faut savoir manier la scie, la perceuse ou encore le ciment. "On ferme des squats et à l’intérieur, on y place des parpaings dans lesquels les chauves-souris pourront loger pendant l’hiver", décrit Yohan Tison, écologue à la direction des parcs et jardins à la ville de Lille et responsable du chantier.

Réintroduire la nature en ville

Une dizaine d’espèces de chauves-souris gravite sur la métropole mais certaines sont en phase d’extinction, comme le murin de Daubenton que l’on peut rencontrer autour de la Citadelle. En cause : l’éclairage public, sorte de barrière physique à leur déplacement. "On observe des taux élevés de consanguinité et une diminution de l’espèce. Nous sommes en train de changer ces lampadaires", ajoute Yohan Tison.

Prochainement, ces blockhaus seront recouverts de briques pour respecter l’esthétisme des remparts. "Nous veillons à la conciliation entre le patrimoine architectural des fortifications de Vauban et le patrimoine naturel tout en intégrant la population à des séances participatives", note Yohan Tison. Quant aux riverains, ils pourront bientôt se satisfaire de la présence de ces voisins peu ordinaires : un murin peut en effet manger jusqu’à 2 000 moustiques par nuit !

Infos : www.lesblongios.fr