Elles ont décidé de braver la loi. Ce lundi après-midi, trois Roubaisiennes en voile intégral ont attendu leur sauveur devant le bâtiment de la trésorerie de Lille. Rachid Nekkaz, le sulfureux millionnaire d'origine algérienne, a fait le trajet depuis Paris pour s'acquitter de leurs amendes. Avec son association Touche pas à ma constitution, celui qui a voulu être candidat à la primaire socialiste en 2011 a mis de côté un fonds d'un million d'euros pour lutter contre la loi sur le voile intégral.

Lorsque l'on s'adresse à l'une d'elle, impossible de voir la couleur de ses yeux. Si la burka laisse passer la lumière par une grille, son "sitar" est lui totalement opaque. A 25 ans, Claire s'est convertie à l'islam il y a huit mois. Aujourd'hui, cette habitante de Roubaix accumule déjà douze contraventions de 150 euros. Mais pour elle, hors de question de se conformer à la loi : "Je ne veux pas me montrer aux regards des hommes. C'est un choix personnel, clame-t-elle. Ma vraie motivation, c'est la réussite dans une autre vie."

"On fait ce qu'on veut de notre corps"

A ses côtés, affublée de la même tenue, Siham, habitante également de Roubaix, est du même avis. A elle seule, elle n’accumule pas moins de 14 amendes. "On s'en fout que les autres soient choqués ou pas. Certes, on ne voit pas notre visage, mais on fait ce qu'on veut de notre corps !", lance-t-elle.

Arrivé devant le guichet de la trésorerie avec les trois islamistes, Rachid Nekkaz sort une liasse de billets et paye les amendes une par une. "Je défends leur liberté de circuler, indique-t-il. Personnellement, si elles étaient mineures, je leur dirai de l'enlever, mais elles font ce qu'elles veulent. Elles sont majeures." L'homme d'affaires, qui a fait fortune dans l'immobilier et grâce à la bulle Internet, a déjà payé presque 700 contraventions. "Déçu par la France", il a décidé de redevenir uniquement Algérien.