Mauvais perdant, Christophe Girard ? Le candidat divers droite à Vénissieux, arrivé deuxième derrière Michèle Picard (PCF) lors des municipales, a en tout cas déposé auprès du tribunal administratif de Lyon un recours en annulation pour les deux tours du scrutin des élections municipales des 23 et 30 mars derniers.

Selon lui, "de nombreuses et graves irrégularités" se sont produites tout au long de cette élection, lesquelles ont "lourdement porté atteinte au libre exercice du droit de suffrage et à la sincérité du scrutin." "Je ne comprends pas comment une liste reconnue illégale par le préfet entre les deux tours (la liste nationaliste "Vénissieux fait front", formée par Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac, aurait inscrit 19 personnes qui n'avaient pas l'intention d'être candidates, ndlr) a pu être validée. Il y a là un sérieux problème", lance-t-il.

Verdict en fin de semaine

Christophe Girard affirme par ailleurs qu'un de ses délégués de liste a été "pris à partie et menacé de mort" à proximité d'un bureau de vote, et dénonce également des "actions de propagande électorale le jour du scrutin" de la part de "supporters" du candidat PS Lotfi Ben Khellifa. "Il ne faut pas que Monsieur Girard soit mauvais perdant, nous répond le socialiste, qui reconnaît 'le climat délétère' dans lequel se sont déroulées les élections à Vénissieux

J'ai moi aussi constaté plusieurs irrégularités de la part des uns et des autres, mais je ne suis pas dans le conflit, je ne recherche pas la polémique et je me tourne vers 2020. Monsieur Girard a tout fait pour empêcher la formation d'une liste FN et le fait d'avoir perdu des électeurs à cause de la liste nationaliste le gêne." Le tribunal administratif devrait rendre son jugement jeudi ou vendredi.