La prise d’otage qui a eu lieu vendredi après-midi dans la maison centrale d’Arles dans les Bouches-du-Rhône est terminée. "Après des négociations avec le GIPN (groupe d'intervention de la police nationale, ndlr), au cours desquelles il a formulé des requêtes allant de la demande d'un hélicoptère à la présence de la presse, pour finalement exiger de changer de prison, il a fini par se rendre", a expliqué à l'AFP une source proche de l'enquête.

Un détenu retenait en effet le premier surveillant de cette maison centrale. Agé de 40 ans, l'homme, condamné en 2007 à trente ans de réclusion criminelle pour le meurtre de ses deux enfants dans l'est de la France, a demandé à voir un gardien vers 14H00. A l'entrée du surveillant dans sa cellule, il l'a menacé avec deux armes fabriquées de manière artisanale, avant que deux moniteurs de sport n'arrivent pour essayer de le raisonner.

L'homme, armé "d'une fourchette ou d'un couteau de camping"

L'un d'eux, avec l'accord du détenu, a pris la place du gardien pris en otage. Les négociations ont alors été engagées avec des membres du GIPN , un groupe d'une dizaine de policiers d'élite venus de Marseille. "C'est un détenu qui menace un gardien parce qu'il veut changer de cellule", a précisé une source proche de l'enquête. Le GIPN est arrivé sur place peu après 15 heures, a constaté un correspondant de l'AFP.

La zone avait été totalement bouclée par les forces de l'ordre et les parloirs suspendus. Le sous-préfet des Bouches-du-Rhône et le procureur de la République sont encore sur place. Pour rappel, Yvan Colonna, condamné définitivement en juillet 2012 pour l'assassinat du préfet Claude Erignac, avait été transféré en décembre dernier à la centrale d'Arles, après avoir été incarcéré huit ans à Fresnes (Val-de-Marne) puis un an à Toulon.