Le parquet a décidé de l'incarcérer. Le citoyen marocain en situation irrégulière, interpellé vendredi, a été mis en examen pour "viols avec arme" et incarcéré après avoir été confondu par des tests ADN, a-t-on appris lundi auprès du parquet de Marseille.

Cet homme d'une quarantaine d'années a été reconnu par deux des trois victimes qui avaient été agressées dans le secteur de la gare Saint-Charles ces dernières semaines.

Des victimes ciblées

L'agresseur agissait toujours avec une arme blanche ou une arme de poing, s'en prenant à des femmes d'un certain âge.

Le suspect avait été repéré par les caméras de vidéosurveillance de la ville, à proximité du grand escalier de la gare, un quartier sensible du centre-ville où plusieurs agressions sexuelles ont été commises et où un étudiant a été égorgé il y a quelques mois.