C’est un livre en forme de déclaration d’amour pour Marseille. Écrit entre septembre 2012 et le 12 janvier 2013, Marseille Ma Capitale est le premier acte de la candidature de Marie-Arlette Carlotti. "Je veux être le maire qui rend aux Marseillais la fierté de leur ville", pose d’entrée la candidate. Un ouvrage en deux parties qui dresse les raisons de son "amour" pour la cité phocéenne avant d’avancer les grandes lignes de son "projet" autour de la sécurité, l’emploi ou encore la culture.

Sans concession sur les travers de la ville, la ministre  ne manque pas parfois d’égratigner au fil des 96 pages les grandes figures politiques locales. Même si elle reconnaît que le maire actuel, Jean-Claude Gaudin, aime lui aussi Marseille, elle estime que  "sa ville lui est devenue un peu mystérieuse".

"Remettre la ville dans le bon sens"

Sans jamais le nommer, la candidate est plus tranchante avec le président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini. "Par renoncement, pas lâcheté ou par intérêt, certains élus ont fini par jeter l’opprobre sur l’ensemble de la classe politique", dénonce-t-elle, affirmant un peu plus loin qu’"aucune suspicion ne peut être tolérée concernant la passation de marchés publics", en référence à la mise en examen de l’ancien premier secrétaire fédéral des Bouches-du-Rhône. Tournée vers le "futur" et 2014, Marie-Arlette Carlotti entend désormais "remettre la ville dans le bon sens de l’histoire".

Marseille Ma Capitale, édition du Cherche Midi. 7,90 euros.