Une direction collégiale
C’est la première mesure de cette mise sous tutelle de la fédération des Bouches-du-Rhône. Pilotée par deux membres du bureau national à Paris, Alain Fontanel, secrétaire national aux Fédérations et Christophe Borgel, secrétaire national aux élections, cette direction collégiale doit se réunir à Marseille dans les prochains jours. Le calendrier n’est pas encore fixé, mais elle réunira les principaux responsables politiques locaux issus des différents courants du PS. Les décisions prises par cette direction, notamment pour l’organisation d’un primaire citoyen en vue des élections municipales en octobre prochain, doivent ensuite être validées par le bureau national.

Quid du rôle de Jean-David Ciot ?
Même s’il refusait l’étiquette de "patron" du PS dans les Bouches-du-Rhône, le 1er secrétaire du parti dans le département ne faisait plus l’unanimité au sein du parti. Certains lui reprochant sa proximité avec le président du conseil général, Jean-Noël Guérini, d’autres, suite à ses récents ennuis judiciaires. "Nous allons discuter de son rôle avec lui", explique Alain Fontanel sans se prononcer sur l’avenir du député. À l’annonce de la mise sous tutelle, Jean-David Ciot a déclaré mardi : "je pense que c'est une erreur (…) J'espère que la mesure qu'on met en place n'aura pas tendance à faire exploser le parti."

Un contexte judiciaire pesant
En pilotant désormais le Parti socialiste, Christophe Borgel et Alain Fontanel, savent qu’ils auront tôt ou tard à prendre des décisions concernant les soucis judiciaires de certains élus. Actuellement en procès dans une affaire de subventions de fonds publics détournée, Sylvie Andrieux est en attente du jugement. Jean-David Ciot et Jean-Noël Guérini sont eux mis en examen dans une affaire présumée de licenciement abusif. "On verra le moment venu précise le secrétaire national aux Fédérations. Évidemment, s’il y a une décision judiciaire on en tirera les conséquences. On a une charte éthique, nos statuts au parti nous permettent certaines choses."