C'est probablement l'affrontement le plus violent entre écologistes et socialistes franciliens depuis le début de la campagne des municipales. La commande récente de 300 bus au diesel - les derniers avant les commandes de véhicules hybrides et électriques - par le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) a suscité dimanche une passe d'armes acerbe, en partie sur Twitter, entre l'adjoint PS aux Transports de Bertrand Delanoë, Julien Bargeton, et le vice-président du Stif, Pierre Serne.

En cause : le vote du Stif, en décembre 2013, validant la commande de ces fameux 300 derniers bus au diesel avant de passer à des énergies "propres". Le sujet avait déjà semé la discorde entre socialistes parisiens et écologistes régionaux lors du vote, Anne Hidalgo, la candidate PS à la mairie de Paris, ayant exigé que les socialistes parisiens votent contre cette ultime délibération en conseil d'administration. Une position qui avait ulcéré Pierre Serne, l'écologiste affirmant que les élus parisiens avaient jusqu'alors toujours soutenu cette commande de diesel.

Hidalgo enfonce le clou

Dimanche, c'est Anne Hidalgo elle-même qui a rallumé l'incendie dans un contexte d'affrontement sur ce thème avec sa rivale de l'UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet, mais aussi avec le candidat écologiste Christophe Najdovski. "En décembre, a insisté celle qui se dit désormais en guerre contre le diesel, la RATP a présenté un plan visant à commander 300 nouveaux bus diesel. Le plan a été voté par Pierre Serne. Nous avons pris la décision de faire voter contre car il n'y a plus de temps à perdre." La candidate a ensuite enfoncé le clou, proposant, si elle est élue, "d'engager la discussion avec la RATP pour commander immédiatement 300 bus hybrides".

C'est Julien Bargeton, l'un des trois élus parisiens qui ont voté au Stif en décembre, qui a fait les frais sur Twitter de la colère de Pierre Serne. "Je demande fermement à Anne Hidalgo de revenir sur son mensonge sur le bus diesel, le Stif & EELV ! Y'a des limites à la démagogie de campagne !" a amorcé l'élu écologiste, avant d'accuser Julien Bargeton de "mentir" sur le déroulement du vote.

"Tu mens !"

Selon Pierre Serne, la fameuse commande de bus diesel a en réalité été votée dès février 2013, avec l'accord des socialistes et… Contre l'avis des écologistes. Au Conseil de Paris d'avril 2013, les écologistes avaient d'ailleurs déposé un vœu demandant expressément à la Ville de Paris la sortie du diesel pour les bus franciliens. "En décembre, on a voté la sortie du diesel !" conclut le vice-président du Stif. Une version bien entendu contestée par Julien Bargeton. "C'est un sale mensonge, a accusé Pierre Serne à l'adresse d'Anne Hidalgo. Je lui conseille de dire la vérité parce que campagne où pas je lui ferai un procès."

En décembre, l'élu écologiste avait expliqué à metronews que le vote de décembre 2013 n'avait fait qu'entériner une commande déjà passée et que le fait d'annuler cette commande aurait coûté plusieurs dizaines de millions d'euros. Entretemps, la campagne des municipales est passée par là, avec la promesse d'Anne Hidalgo de bannir au plus vite les bus diesel de la ville de Paris.