Jean-Yves Le Drian va avoir du pain sur la planche avec "la Grande Muette". Le ministre de la Défense, qui a annoncé l’ouverture d’une enquête interne concernant les violences sexuelles faites aux femmes militaires, pourra méditer la décision du tribunal administratif de Nantes : selon nos informations, celui-ci vient de suspendre la "démission forcée" d’une stagiaire du Centre militaire de formation professionnelle (CMFP) de Fontenay-le-Comte (Vendée).

Cette Martiniquaise de 25 ans – en formation au restaurant du CMFP – avait été contrainte de quitter l’armée après avoir porté plainte contre un sergent qui l’avait filmée nue, sous sa douche, après son service… Cet autre stagiaire du CMFP se serait « enhardi après avoir bu » avec d’autres militaires, selon une source proche du dossier, le soir de la qualification de l’équipe de France pour la Coupe du monde au Brésil en novembre 2013.

"On lui a tenu la plume"

Le jeune homme – qui avait glissé son téléphone entre la porte de douche et le sol – aurait reconnu les faits, d’après la même source. Pour autant, la jeune femme n’a pas été considérée comme victime. "On lui a tenu la plume pour qu’elle demande la résiliation de son contrat", affirme son avocat Jacques Delacharlerie, sans quoi elle aurait été déclarée déserteur.

"Elle ressent comme une humiliation. L'armée, au lieu de lui offrir une protection, l’a seule stigmatisée au nom d'une conception très douteuse de l'intérêt du service", précise l'avocat dans son mémoire à l'attention du juge des référés. Contacté, le CMFP de Fontenay-le-Comte confirme que l’auteur des faits a été "sanctionné de vingt jours d’arrêt", et que l’examen de la réintégration de la jeune femme est "en cours."