L’affaire était alléchante… Ce mercredi, en début d’après-midi, une curieuse annonce a été mise en ligne sur le site de vente entre particuliers Le Bon coin, relayé par Presse-Océan : "Vends deux navires de guerre, tout neuf, tout droit sorti des Chantiers de l’Atlantique – STX France". Mise à prix : 1, 2 milliards d’euros, les deux. Les noms et les photos lèvent tout doute: il s’agit bien des deux Mistral construits à Saint-Nazaire et initialement destinés à la Russie.

"Fonctionnent au diesel, consommation élevée, mais très agréable pour croisière sécurisée en pays exotique", précise l’annonceur, qui propose des "offres promotionnelles" pour emporter la décision : "un an de mouillage dans le vieux port de Marseille offert, service après-vente inclus, retour possibles, satisfait ou non remboursé, champagne offert pour l’achat des deux bâtiments".

L'affaire aurait-elle trouvé preneur ?

Le Vladivostok et le Sébastopol disposent en plus de "chambres individuelles avec salle de bain pour les officiers de bord", et d'un "hôpital tout confort au deuxième sous-sol". Et, avantage non-négligeable, ils "résistent aux attaques nucléaires, radiologiques et bactériologiques". Le prix, lui, est non négociable: "S’il vous plaît, payez en cash, rouble non accepté, à récupérer sur place (faut pas pousser)", précise le revendeur.

Il y a peu de chance que ce soit le constructeur qui ait mis ses deux navires en vente… Plutôt un internaute malicieux a sans doute voulu faire un clin d’œil à l’affaire, alors que la France a repoussé mardi la livraison du premier des deux bâtiments commandés, en raison du conflit dans l’est de l’Ukraine. Les deux navires restent en effet à quai pour un temps indéterminé, leur sort dorénavant lié à la résolution d’un imbroglio diplomatico-militaire.

L’affaire a-t-elle trouvé preneur? Ou à l’inverse n’a-t-elle pas plu aux administrateurs? L’annonce, postée à 13h30, n’était plus visible en fin d’après-midi. Dommage… L’idée de cadeau aurait été originale, avant les fêtes !