L’interdiction du spectacle Mahmoud de Dieudonné, en avril 2011 à Angers (Maine-et-Loire), était-elle illégale ? Oui, à en croire le rapporteur public du tribunal administratif de Nantes. La magistrate – dont les avis sont suivis la plupart du temps par les juges – a estimé vendredi, lors de l’audience, que l’arrêté municipal qui avait empêché l’humoriste controversé de se produire à la Maison pour tous de Monplaisir n’était pas suffisamment motivé.

Le PSG et le Bloc identitaire invoqués

A l’époque, la mairie d'Angers avait justifié son interdiction par les "importantes animosités que la seule présence de Dieudonné (suscitait)". Elle avait également fait valoir que le match de football entre le SCO d'Angers et le Paris Saint-Germain, en demi-finale de Coupe de France, allait se jouer à guichets fermés au même moment, et que des spectateurs parisiens évincés pourraient s'inviter au spectacle de l'humoriste... L'arrivée de militants d'extrême-droite du Bloc identitaire en plein conseil municipal, quelques semaines auparavant, pour protester contre un projet de mosquée, avait également été mise en avant pour étayer le "contexte" particulier de l'époque.

70 000 € de dédommagements réclamés

Bien que l’arrêté soit entaché d’une "faute", la même magistrate a toutefois préconisé de rejeter les demandes d’indemnités du producteur de Dieudonné, la SARL Phone Mobile, qui réclamait 70.000 € à la municipalité. Elle a en effet estimé que si des spectateurs avaient été dissuadés de venir au spectacle, ce n’était pas à cause de l’arrêté municipal litigieux, mais plutôt du procès qui lui avait été intenté la veille par la Maison pour tous pour obtenir l’annulation de la réservation. La société s’était en effet contentée de lui dire qu’il s’agissait d’une soirée pour "récompenser ses clients"...

"Cette interdiction, il en fait commerce, il la médiatise", a également abondé Me Eric Boucher, avocat de la mairie d'Angers. "Il a réussi à faire son spectacle, car il avait une stratégie de repli. Il n'y a donc pas de préjudice." Dieudonné s'était en effet produit le soir-même dans un champ, dans la campagne angevine. Les avocats du polémiste, pour leur part, n'étaient pas présents. Le tribunal, qui a mis son jugement en délibéré, rendra sa décision dans un mois.