Des peines plus lourdes que celles réclamées par le parquet à l'audience le mois dernier. C’est la décision du tribunal correctionnel de Nice, qui a condamné ce jeudi trois puéricultrices, âgées de 29, 41 et 48 ans, à huit mois de prison avec sursis pour "homicide involontaire" après la mort au petit Emiliano.

Cet enfant, âgé de deux ans, était décédé à la crèche Rose de France, étranglé sur une barrière de bois. Ce 23 novembre 2011, vers 16 h 20, il s’était retrouvé le cou coincé entre deux planches d’une clôture de bois entourant un espace vert où était installé un sapin de Noël décoré qui attirait beaucoup les enfants.

Les puéricultrices vont faire appel

"L'émotion ait prévalu au détriment du droit" estime leur avocat. Me Denis Del Rio annonce qu’il va faire appel de cette décision, qui "satisfait" les parents du petit garçon, constitués partie civile. A ce titre, ils ont obtenu 50 000 euros de dommages et intérêt chacun. Les grands-parents de l’enfant décédé en ont obtenu 25 000.

L'association Œuvre des crèches de Nice, en tant que personne morale, a été reconnue coupable et condamnée à 15 000 euros d'amende. Une peine là encore supérieure aux réquisitions.