C'est probablement l'une des entrées en matière les plus originales que le conseil municipal d'Asnières ait pu entendre. Vendredi soir, le maire UMP Manuel Aeschlimann a en effet ouvert, selon le Parisien, la séance en proposant aux élus le visionnage d'un extrait de film parlant de "partie de zizi-panpan". Les élus ont pu y voir des jeunes femmes assez dénudées, dans des positions sans ambiguïté et un personnage proposer ce genre d'activité olé olé à une juge effrayée.

Il s'agissait de la bande-annonce de Korruption, réalisée par l'ancien adjoint à la communication de la ville d'Asnières, Julien Richard. Et ce qui pose problème à Manuel Aeschlimann c'est que certaines des scènes ont été tournées au sein même de la mairie. Le tournage de ce film a été effectué le 1er et le 2 avril dernier, soit à la toute fin du mandat de Sébastien Pietrasanta, l'ancien maire PS. La mairie aurait prêté "gracieusement" ses locaux, tout en invitant la société de production, Jaguarundi Prod, à un "don pour la caisse des écoles". Mais le style ne convient pas du tout à la nouvelle équipe municipale.

L'image d'Asnières "salie"

Lors du conseil municipal, Manuel Aeschlimann a présenté le film comme du "porno soft". "L'œuvre" est en effet présentée comme l'histoire de deux sœurs qui tombent sous la coupe d'une mafia en lien avec l'industrie du film X. On y voit effectivement des jeunes femmes dénudées, dans des positions sans équivoque. "Ce film n'est pas un film X et ne comporte aucune scène pornographique, précise Julien Richard dans un communiqué. Aucune scène déshabillée n'a été tournée en mairie d'Asnières." Sur la vidéo, on peut en effet voir que les scènes tournées à la mairie représentent uniquement la reconstitution d'un tribunal.

"Les salles utilisées sont les plus solennelles, lui oppose Manuel Aeschlimann, contacté par la rédaction. On voit des filles en culottes dans la salle des mariages !" L'édile envisage une action en justice contre ce qu'il estime une "salissure" de l'image de la ville. Autre problème : la gratuité. "Quand Canal + est venu le mois dernier tourner un épisode des Guignols, ils ont payé plein pot ! précise le maire. Si on a accordé la gratuité alors que Julien Richard était adjoint, cela relève de la prise illégale d'intérêt." Il confirme que la mairie va saisir le procureur de la République à ce sujet, "d'autant plus que si le contrat parle de la salle des mariages et de la salle du conseil, beaucoup d'autres lieux, comme l'escalier d'honneur ou la mairie annexe ont été utilisés", précise le maire.

Chef d'œuvre ou navet ?

"Nous avons respecté toutes les conditions fixées par les services municipaux qui nous ont indiqué autoriser habituellement des associations à utiliser des locaux municipaux dans le cadre de leurs activités", répond Julien Richard, dont la structure qui a produit le film est effectivement une association loi 1901.

En attendant, après visionnage de la vidéo, il s'avérerait surtout que le teaser, réalisé avec très peu de budget, est une sous-copie des films de série Z de Quentin Tarantino et des films Grindhouse. Si Manuel Aeschlimann a de quoi être énervé, c'est peut-être seulement parce qu'un navet a été tourné dans ses locaux. Quant à ceux qui auraient été plutôt séduits, il existe une page Facebook pour aider le film à voir le jour… Mais peut-être que d'ici là, Julien Richard aura trouvé une mairie plus conciliante pour effectuer ses tournages.