PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
Mis à jour : 29-08-2014 18:05
- Créé : 29-08-2014 15:22

Convoqué au tribunal, M. Chat sort les griffes pour défendre son matou

JUSTICE - Thoma Vuille alias M. Chat, 37 ans, comparaîtra le 29 octobre prochain devant la 28e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour avoir refusé de payer les 1800 euros de dommages et intérêts que lui demande la RATP. Le street artist avait été convoqué début août par la police pour des "dégradations" commises à la station de métro Châtelet.

Un des chats dessinés par M. Chat à la station de métro Châtelet à Paris.
Un des chats dessinés par M. Chat à la station de métro Châtelet à Paris. Photo : @SandrineLer/Twitter

Ségolène Royal, présidente PS de la Région Poitou-Charentes, avait fait appel à son talent en 2007 pour illustrer sa politique culturelle. Cette même année, Serge Grouard, maire UMP d'Orléans, l'avait soutenu et fait sa promotion à l'échelle de sa ville. Sept ans plus tard, alors qu'il est de nouveau appelé à comparaître devant la justice, Thoma Vuille alias M. Chat peut compter sur les soutiens de Christophe Girard, maire PS du 4e arrondissement et ancien adjoint au maire de Paris chargé de la Culture ainsi que Jérôme Coumet, maire PS du 13e.

Le 6 août dernier, comme l'a révélé Le Parisien mercredi, l'artiste âgé de 37 ans et renommé pour son gros chat jaune, noir et blanc, a en effet reçu une convocation de police à son atelier. Le 29 octobre, il comparaîtra devant la 28 chambre du tribunal correctionnel de Paris pour avoir refusé de payer les 1800 euros de dommages et intérêts que lui demande la RATP pour avoir dessiné des matous dans les couloirs de la station Châtelet. Aujourd'hui le Chat feule et espère obtenir gain de cause.

Un peu de "couleur", de "propreté"

Car depuis 14 ans maintenant, Thoma Vuille pose ses chats sur les murs des villes. Dans les galeries, dans la rue et un peu partout où il y trouve de l'intérêt. A la station Châtelet, près de la ligne 4 côté place Sainte-Opportune, il a dessiné une dizaine de chats, le 21 juin, jour de la Fête de la musique, sous le regard de nombreux voyageurs. "J'ai fait ça en journée, je n'ai pas cherché à me cacher, explique M. Chat. Je ne suis pas agressif, je ne fais de mal à personne. Au contraire."

Thoma Vuille justifie d'ailleurs son geste. "Cet endroit est en travaux depuis des mois, comme beaucoup d'autres stations de métro. C'est affreux. Et les usagers doivent subir ça au quotidien... Moi j'ai voulu égayer leur journée, les faire sourire et rendre l'endroit plus beau, explique-t-il. M. Chat. Je suis désolé, je mets de la couleur, de la propreté. Je rends les murs dégradés plus agréables."

Une affirmation avec laquelle semble être d'accord Cécile Duflot, ancienne ministre écologiste du Logement, qui défend ainsi M. Chat dans un tweet :

Une oeuvre éphémère

L'artiste le répète, son but n'est pas de "faire du tort à la RATP" ou à "quiconque". "Je viens du bâtiment, j'ai un bac génie civil. Je sais très bien que sur un crépi, il n'y a aucun dommage. Mes chats sont éphémères. Ils vont de toute façon être recouverts par du carrelage. Il n'y a aucun dégât. Juste une oeuvre pour mettre un peu de soleil dans la journée de ceux et celles qui prennent le métro pour aller bosser" souligne M. Chat.

Depuis leurs réalisations, certains félins de Châtelet ont été recouverts, d'autres sont toujours là. Thoma Vuille espère qu'ils le resteront jusqu'à ce que les travaux de rénovation soient finis et que la RATP comprendra ses intentions. "Je ne vois pas pourquoi la RATP prend les choses comme ça. Je ne fais pas des tags moches, je n'écris pas des insultes. J'ai le sentiment de faire quelque chose qui plait et je suis souvent encouragés par les voyageurs", affirme-t-il. Contactée par téléphone sur ce dossier, la Régie a indiqué qu'elle réservait "ses argument pour l'audience". Rendez-vous est pris dans deux mois exactement.

Avant de publier un commentaire, merci de lire notre charte de modération.

 
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

LES DERNIERS ARTICLES À PARIS

PUBLICITÉ

LES + LUS Paris

PUBLICITÉ

VOTRE JOURNAL EN PDF

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
blog comments powered by Disqus