Si les victimes du déraillement de la ligne Paris-Limoges n'ont pas encore été formellement identifiées, des détails sont donnés. Les six personnes décédées dans le déraillement du train vendredi soir, à Brétigny-sur-Orge, sont quatre hommes et deux femmes, âgés de 19 à 82 ans, selon la préfecture de l'Essonne (91). Parmi elles, figure un couple d'octogénaires qui serait originaire de Brétigny-sur-Orge, ainsi que trois hommes de 19, 23 et 60 ans et une jeune femme dont l'âge n'a pas été précisé, a ajouté une source proche de l'enquête.

Certaines de ces victimes seraient originaires d'Etampes dans l'Essonne et d'autres du Limousin, le terminus du train. Elles sont toutefois "en cours d'identification formelle" par la police judiciaire de Versailles, selon une autre source proche de l'enquête.

"51 urgences relatives" ont été recensées et 9 blessés se trouvent en état "d'urgence absolue"

Le ministre des Transports Frédéric Cuvillier appelle cependant, à la vigilance concernant le nombre de victimes. Les trois voitures qui se sont couchées doivent être relevées dans la journée et "nous ne sommes pas à l'abri de mauvaises découvertes", a-t-il déclaré. Il a précisé que "les opérations de levage des wagons seront très longues" puisque "les wagons sont très imbriqués". Des opérations qui ont d'ailleurs débuté samedi en début d'après-midi à l'aide d'une grue.

La mairie de Brétigny-sur-Orge, elle, se veut plus rassurante. "A priori, il n'y a plus de victimes sur les voies" et "le bilan ne devrait pas s'alourdir", a déclaré Jean-Jacques Lejeune, le directeur de cabinet du maire. "A priori, il n'y a plus de victimes recherchées", a confirmé la préfecture de l'Essonne.

Le nombre de blessés risque toutefois de fluctuer. Interrogé lors d'une conférence de presse, le responsable du SAMU de Paris, le professeur Pierre Carli, estime que "51 urgences relatives" ont été recensées et neuf blessés se trouvent en état "d'urgence absolue". Pour deux d'entre eux, le pronostic vital est réservé, a annoncé samedi matin le Samu de Paris. Ils sont soignés à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), l'un des quatre établissements les plus mobilisés, avec Henri-Mondor à Créteil et les hôpitaux parisiens de la Pitié-Salpêtrière et de Lariboisière, selon le médecin. "70 personnes avaient été prises en charge par des cellules d'urgence médico-psychologiques", a-t-il ajouté. Au total, les secours ont pris en charge 227 personnes vendredi.