Une hypothèse est déjà exclue. Interrogé par RTL, le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, a exclu samedi, une erreur du personnel de la SNCF comme cause de l'accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (Essonne), qui a coûté la vie à au moins six personnes et fait 30 blessés la veille.

"Heureusement le conducteur de la locomotive a eu des réflexes absolument extraordinaires en déclenchant l'alerte immédiatement, ce qui a évité la collision avec un train qui venait dans le sens inverse et qui aurait à quelques secondes (près) percuté les voitures qui déraillaient", a précisé Frédéric Cuvillier. "Donc ce n'est pas un problème humain", a-t-il certifié.

La piste du problème technique privilégiée

Pour le ministre des Transports, la piste du problème technique est à privilégier dans l'accident. Il a en effet précisé que les enquêteurs devaient vérifier les équipement susceptibles d'être défaillants : "soit le matériel roulant, soit les infrastructures et précisément la zone de l'aiguillage".

Les explications viennent au compte-gouttes. Trois enquêtes ont été ouvertes et devraient éclairer un peu plus sur les raisons de cette catastrophe ferroviaire. "Les premières constatations indiquent que le déraillement semble avoir eu lieu à la hauteur d'un aiguillage situé à 200 mètres en amont de la gare", a indiqué Alain Krakovitch, directeur général de la sécurité ferroviaire de la SNCF, dans les heures suivant l'accident. Selon lui, "cet aiguillage a fait l'objet de surveillance pour la dernière fois le 4 juillet.Un train était passé à 16h45 sur la même voie dans la même direction sans signalement particulier".