Pourquoi estimez-vous nécessaire d'encadrer les loyers parisiens ?
Cette mesure est une nécessité absolue. À Paris, 60% des habitants sont locataires. Certains consacrent jusqu'à 50% de leurs revenus au logement. Or, dans la capitale, les loyers ont augmenté de 50% au cours de la dernière décennie.

Quand aura lieu sa mise en oeuvre ?
À Paris, nous sommes prêts. Il existe déjà l'observatoire des loyers de l'agglomération parisienne, l'OLAP, qui a une expertise très fine sur le niveau des loyers. Nous pouvons nous appuyer sur ce travail. Suer cette base, le préfet devra fixer le loyer de référence. L'encadrement des loyers pourra être mis en œuvre d'ici la fin de l'année 2014. Dans le même temps, la Ville de Paris mènera une campagne d'information dans les Mairies d'arrondissements sur ces évolutions pour que les Parisiens connaissent leurs droits.

Comment contraindre un propriétaire à baisser son loyer ?
La loi prévoit que le locataire dont le loyer ne correspond pas au loyer de référence peut engager une action auprès de la commission départementale de conciliation. Il aura la possibilité de contester et d'obtenir une révision de son loyer à la baisse. 

Ce sera donc un contrôleuniquement à posteriori ?
Pour l'instant, la mesure est prévu comme telle.

Peut-on estimer à combien s'élèvera cette baisse ?
Pas encore. La définition du loyer de référence est une compétence du préfet et donc de l'Etat. Mais compte-tenu de l'explosion du prix des loyers à Paris, il est nécessaire que ce prix de référence permette une véritable baisse des loyers. Nous serons très vigilants sur ce point.

Manuel Valls a choisi de limiter la mesure à la capitale. L'ancienne ministre du Logement, Cécile Duflot a évoqué une décision "inouïe". Martine Aubry a réclamé l'application de la mesure à Lille également. Quel est votre avis ?
Je souhaite qu'à Paris nous prouvions que l'encadrement des loyers est une mesure qui marche. La capitale n'est pas la seule ville dont les habitants sont confrontés à une augmentation insupportable des loyers. Par ailleurs, de très nombreux pays pratiquent déjà cette mesure, comme les Pays-Bas, la Suède, l'Allemagne, la Suisse ou même New York. Encadrer les loyers dans les zones tendues est une nécessité absolue au moment où les habitants de nos villes ont de telles difficultés de pouvoir d'achat

Quelles autres mesures doit-on prendre pour faire baisser les loyers ?
Il faut lutter contre la pénurie de logements en produisant des logements accessibles aux classes moyennes et populaires. Nous allons dans les semaines qui viennent organiser des ateliers avec les professionnels de l'immobilier pour faciliter la production de logements à Paris. On peut penser par exemple aux surélévations, à la transformation de bureaux en logements ou à la révision des normes d'urbanisme qui nous contraignent par exemple aujourd'hui à installer des parkings dans toute construction neuve. Notre but est de produire 10.000 logements accessibles chaque année à Paris. Manuel Valls et l'Etat pourraient d'ailleurs donner l'exemple en mettant à notre disposition des terrains qui dépendent de l'Etat sur lesquels nous pourrions produire des logements pour les Parisiens.

Lesquels ?
Il y a déjà des terrains qui ont été identifiés. Je pense par exemple à un certain ombre de casernes, situées sur des terrains appartenant à la ville de Paris et ne profitent pas aux Parisiens. C'est par exemple le cas de la caserne des Minimes, dans le 3e arrondissement.