Le bilan de l'explosion survenue vendredi sur un chantier parisien est établit. Trois hommes ont été tués et une personne a été gravement blessée après l'explosion accidentelle vendredi sur un chantier dans le sous-sol d’un immeuble du centre de Paris (10e), près des Grands boulevards. Jusqu'à minuit, les sauveteurs ont cherché une cinquième victime qui était finalement chez elle. Le blessé a, lui, été évacué dans un état grave vers l’hôpital Lariboisière, a précisé un porte-parole de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSSP).

Les ouvriers travaillaient au démontage d’une cuve de fioul quand une déflagration, d’origine pour l’instant indéterminée, s’est produite vers 15H45 au premier sous-sol de cet immeuble de trois étages, 21 rue d’Enghien à Paris, qui abrite un ancien garage. Celui-ci devait être définitivement fermé vendredi soir.

La piste accidentelle privilégiée

Selon les premières constatations, des vapeurs de fioul, accumulées dans la cuve sur laquelle les ouvriers travaillaient dans le sous-sol, se seraient enflammées en présence d’une flamme. L’explosion a fait s’effondrer une partie du sol du rez-de-chaussée. Les enquêteurs sont attendus ce samedi pour faire toute la lumière sur cet accident.

Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, le préfet de police de Paris Bernard Boucault et des spécialistes du laboratoire de la préfecture de police (PP) s'étaient rendus sur place vendredi dans la soirée. Si la piste accidentelle est privilégiée, le parquet de Paris, dont deux magistrats étaient également sur les lieux, a ouvert une enquête pour "homicides involontaires" selon l'AFP.

Saluée par le maire de la capitale, la brigade de sapeurs-pompiers de Paris a déployé sur place 143 hommes et 51 véhicules.