Ils étaient jeunes et avaient déjà suivi des entraînements en région parisienne. Sept hommes et une femme, de 20 à 28 ans, ont été interpellés ce lundi à Paris et dans le Val-de-Marne. Certains d'entre eux étaient en lien avec le Front Al-Nosra, groupe jihadiste affilié à Al-Qaïda en lutte contre le régime de Bachar al-Assad.

Tous ont été placés en garde à vue par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) sur commission rogatoire d'un juge antiterroriste saisi d'une information judiciaire ouverte en novembre 2013. Les enquêteurs ont également saisi du matériel informatique et de téléphonie.

"Exode" de volontaires

Près d'une quarantaine de procédures judiciaires sont actuellement en cours dans des dossiers en lien avec la Syrie. Le 7 mars, trois candidats au jihad interpellés en 2012 à l'aéroport de Saint-Étienne alors qu'ils s'apprêtaient à partir en Syrie via la Turquie, avaient été condamnés à des peines de deux à quatre ans ferme.

Les services antiterroristes sont confrontés à un exode inédit de volontaires au jihad, puisqu'ils sont désormais plusieurs centaines à s'être rendus en Syrie, à en être revenus ou à avoir l'intention d'y aller. Parmi eux, des femmes, mais aussi des mineurs comme ces deux lycéens toulousains mis en examen fin janvier.

Par comparaison, entre 2001 et 2011, les services français avaient identifié une cinquantaine de combattants partis de l'Hexagone vers l'Afghanistan.