Vous avez tracté ce dimanche dans les rues du 14e. Parle-t-on de votre opposition à NKM dans l'arrondissement ?
Les habitants comprennent bien qu'il y a une élection pour la mairie de Paris, pour laquelle nous soutenons NKM. Et il y a le 14e, où l'on élit le maire d'arrondissement et les équipes locales. Ils n'ont aucune envie de voir débouler des parachutés et des apparatchiks de la politique.

Croisez-vous NKM dans le 14e ?
Je l'ai vue samedi au forum des associations.

Est-elle venue vous parler ?
Non, elle est passée sans nous dire bonjour. Le dernière fois que nous nous sommes vues, c'était le 3 juillet au soir, lorsqu'elle m'a indiqué qu'elle rendait public son choix de se présenter dans le 14e.

Tout accord reste donc impossible ?
Notre porte est toujours ouverte. Si Nathalie Kosciusko-Morizet veut gagner le 14e avec nous, elle est la bienvenue sur notre liste locale. Si elle veut perdre sans nous, elle n'a qu'à continuer comme ça. On espère que tout cela n'est qu'un malentendu. Il est temps qu'elle cesse de tirer contre son camp.

Le président de la fédération UMP Philippe Goujon a réclamé des sanctions à votre encontre. Avez-vous des nouvelles ?
Il n'y a pas lieu de sanctionner qui que ce soit. Je demande à la fédération de Paris et à l'UMP d'appliquer les règles. Des commissions d'investiture doivent se réunir pour désigner les têtes de liste d'arrondissement. Pour l'instant, Nathalie s'est auto investie.

Êtes-vous soutenue au sein de l'UMP du 14e ?
L'équipe est soudée. Bien sûr qu'il y en a un ou deux qui craqueront, soit parce qu'ils voudront faire la photo avec Nathalie, soit parce que la pression sera trop grande. Mais la cohésion est très forte. Chez nous, personne ne vit de la politique. C'est un engagement désintéressé. Les électeurs adorent les stars mais ils savent que les problèmes d'éclairage public dans leur rue, c'est l'élu de proximité qui va y répondre, pas la star.

Avez-vous subi vous-même des pressions ?
Evidemment qu'il y en a eu et il y a en aura d'autres ! Mais les Parisiens s'en fichent et je ne vais pas perdre mon temps avec ces choses-là. Je veux qu'on parle des problèmes du 14e et de ses habitants.

Comment voyez-vous votre campagne ?
Je fais partie de ceux qui s'engagent à rogner sur les dépenses inutiles au moment où les Parisiens peinent à boucler leurs fins de mois. Je compte dépenser peu pour cette campagne. Le plafond des dépenses électorales pour le 14e est fixé à 140.000 euros par liste ! On peut convaincre les gens avec beaucoup moins de sous. Tout le monde ferait bien de faire de même.

Vous voulez dire que d'autres candidats dépenseront ces 140.000 euros ?
Il serait bien que chacun s'exprime à ce sujet. C'est dès maintenant que l'on peut évaluer la crédibilité des engagements.

Vous parlez de NKM, qui s'est engagée à réduire les dépenses si elle est élue maire ?
Je parle de tous les candidats.

Avez-vous l'impression que la campagne de l'UMP à Paris est sur une bonne dynamique ?
Nous sommes sur une bonne dynamique dans le 14e. Pour le reste, il y a vingt élections dans arrondissements, elles sont toutes différentes.