Le conseil d'arrondissement du 14e devrait voter lundi l'expérimentation d'une interdiction de fumer dans les aires de jeux pour enfants de la capitale. Que pensez-vous de cette mesure ?
Je suis réservé sur cette proposition. Sur le plan de la santé publique, vous ne protégez pas les enfants du tabagisme passif sur les lieux extérieurs. Le problème du tabagisme passif se pose dans les espaces confinés. Sur le plan de la propreté, un mégot dans un bac à sable, c'est sale bien sûr, mais il suffit d'appliquer la réglementation en vigueur. Si une telle mesure peut paraître de bon sens, je ne suis pas convaincu qu'on règle des problèmes de comportements sociétaux par la prohibition. Ce modèle, appliqué notamment dans certaines rues de New York, n'a pas fait ses preuves.

Faut-il interdire la consommation de tabac à proximité des écoles, comme l'avait suggéré la ministre de la Santé, Marisol Touraine ?
Le principe, c'est qu'on ne fume pas près d'un enfant, qu'on soit devant une école ou ailleurs. Je doute là encore qu'on règle des problèmes de comportements sociétaux par des mesures d'interdiction générale. Comme pour toutes les addictions, la clé est comportementale.

Que faut-il faire selon vous ?
Il faut faire la guerre au tabac, pas aux fumeurs. Nous devons dissuader les jeunes, les collégiens, de commencer à fumer et donner les moyens d'agir aux fumeurs qui veulent arrêter. Le problème du tabac rejoint celui du cannabis. Alors que ce dernier fait l'objet d'une prohibition totale, la France est l'un premier pays d'Europe en termes de consommation. Cette politique qui consiste à déclarer la guerre au cannabis s'est révélée inefficace.

Y a-t-il une révolution de la cigarette électronique à Paris ?
Nous ne disposons pas d'évaluation spécifique à Paris. Les statistiques globales montrent que le tabac est en recul et c'est une bonne chose. Depuis un an, on assiste à une ringardisation de la cigarette traditionnelle par la cigarette électronique. On ne l'avait pas vu venir. Même si l'on a aucune preuve de l'innocuité de cette dernière, on connaît les dangers du tabac. L'e-cigarette est probablement beaucoup moins toxique. Il vaut mieux une bonne réduction des risques que de courir après le mythe du risque zéro.