L’équipe numérique qui s’occupe de la com’ d’Anne Hidalgo assume le blocage des comptes Twitter des élus et des collaborateurs de l’opposition. Comme metronews le rapportait samedi, des élus UMP se plaignent depuis plusieurs jours d’être bloqués par le compte Twitter d’Anne Hidalgo et de ne pas pouvoir accéder à ses messages.

LIRE AUSSI >> "Opération ménage" du compte Twitter d’Anne Hidalgo? Des élus UMP se plaignent d’être bloqués

L’équipe numérique explique auprès de metronews que ces blocages sont le fait de propos tenus jugés "excessifs" : "Ce sont des blocages qui remontent à la période de la campagne électorale, des blocages de comptes personnels de militants UMP qui tapaient systématiquement, tenaient des propos violents ou insultants, qui relayaient des rumeurs, etc." Bref, des twittos considérés comme des trolls selon le qualificatif chéri des usagers de Twitter.

Un blocage "symbolique" qui remonterait à l'époque de la campagne

Et l’équipe de minimiser le poids de ce blocage : "Les tweets du compte d’Anne Hidalgo sont publics. C’est simple de les consulter, y compris quand on est bloqués [en se déconnectant de son compte, ndlr]. Ce n'est en aucun cas de la censure. Ils peuvent toujours exprimer leur point de vue sur leur compte. Il s’agit d’un geste symbolique pour acter que les limites ont été dépassées". Un exemple de tweet jugé excessif ayant entraîné la décision de bloquer tel ou tel compte, ce dont se plaint Jonas Bayard ou encore Rémi Meunier, respectivement le responsable presse de NKM et son directeur de cabinet ? "Ils sont en train d’être remontés”, précise, laconique, l’équipe.

Une révision des blocages envisagée

Pour Jonas Bayard, l’explication du timing ne tient pas : "Je me suis rendu compte du blocage de mon compte par celui d’Anne Hidalgo après le conseil de Paris [qui s’est tenu du 15 au 18 décembre, ndlr]." Il assure que jusque-là, il pouvait consulter les tweets de la maire sans problème. "J’ai fait le choix de ne pas m’abonner à son compte car il y en a trop et je sélectionnais ceux qui m’intéressaient… jusqu’à la semaine dernière. En travaillant pour le groupe UMP à Paris, c’est assez problématique au quotidien de ne pas pouvoir consulter quand je le veux les messages de la maire”. Toutefois, si vous vous le demandiez, le compte d'Anne Hidalgo n'a pas bloqué celui de NKM.

L’équipe numérique assure qu’après le temps de la campagne, il y a celui du mandat. Et que la suppression du blocage des comptes pourra être étudié sur demande. Et en profite pour dénoncer "un coup politique" après le recensement, cette semaine, des comptes bloqués : "Il faut arrêter de passer son week-end à regarder qui Anne Hidalgo a bloqué sur Twitter…".