Vandalisées une première fois dans la nuit de vendredi, les photos d'Olivier Ciappa montrant des couples homosexuels fictifs et exposées à l'air libre, square du Temple (3e), ont été dégradées une seconde fois dans la nuit de samedi à dimanche.

Contacté par metronews, l'artiste confirme que des photos [il y en a une quarantaine, ndlr] ont été vandalisées une nouvelle fois. Certaines "ont été volées", assure l'artiste qui précise que seules quelques photos exposées rue de Bretagne, à la vue de tous, ont été épargnées.

Trois personnes ont été interpellées en flagrant délit "en train de détacher une affiche", grâce aux caméras de vidéosurveillance, indique l'AFP, citant une source policière. Les personnes interpellées ont nié appartenir à un quelconque mouvement homophobe.

Les photos déjà vandalisées la veille

La veille, les photos avaient été vandalisées une première fois. Un acte alors condamné par Pierre Aidenbaum, le maire du 3e arrondissement : "Ces actes homophobes aussi détestables que stupides montrent combien il est nécessaire tous les jours de lutter contre les discriminations sous toutes leurs formes".

Bertrand Delanoë, pour sa part, a condamné, samedi, "avec la plus grande fermeté ces agissements", souhaitant "que les auteurs soient rapidement interpellés et appelant "au sens du respect et à la conscience républicaine de chacun".

La mairie du 3e porte plainte

Samedi, le maire du 3e arrondissement a annoncé l'intention de la mairie de porter plainte.

"Les Couples imaginaires", d'Olivier Ciappa, montre une trentaine de portraits en noir et blancs d'acteurs, journalistes, écrivains ou chanteurs, qui ont accepté de former des couples homosexuels imaginaires. Les photos de cette exposition, dont le vernissage doit avoir lieu le 26 juin, étaient accrochées sur les grilles du square du Temple. "Les lacérations sur les visages montrent quelle violence et quelle cruauté peuvent être déployées par les homophobes" écrit encore Pierre Aidenbaum dans un communiqué, avant d'inviter "tous les militants de la lutte contre les discriminations" à se joindre au vernissage, qui est maintenu mercredi à 18h30. Il indique en outre qu'une plainte a été déposée par la mairie du 3e arrondissement.

>> A lire :

L'interview du photographe Olivier Ciappa