La Chine a peur. Mercredi dernier, 23 touristes chinois voyageant en groupe ont été détroussés peu après leur arrivée à l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle. "Leurs passeports, billets d'avion et argent liquide leur a été volés et le responsable du groupe a été blessé au visage", a déploré dans un communiqué l'Association chinoise du tourisme, une organisation dépendant directement du gouvernement.

Plus dépensiers que les autres

L'organisme a exhorté les autorités françaises à traduire devant la justice les auteurs de cette agression et à assurer une "protection efficace" des touristes chinois dans l'Hexagone. Partis découvrir le pays du "romantisme", des touristes chinois ont récemment décrit comment ce rêve s'était transformé pour eux en cauchemar, victimes d'agressions diverses tels des vols avec violences. La presse chinoise a rapporté plusieurs affaires de ce type ces dernières semaines.

Les Chinois, clients "chouchous" du monde du luxe, sont réputés être dépensiers lorsqu'ils voyagent et être souvent porteurs de grosses sommes d'argent liquide, ce qui explique qu'ils sont devenus des cibles privilégiées des malfaiteurs. Le panier moyen des Chinois (montant dépensé dans un même magasin le même jour) a atteint 1 470 euros en 2011 (1 500 pour les Chinois de Hong Kong) alors qu'il était de 1 300 euros en 2010 et 650 euros en 2005, selon les données collectées dans les magasins partenaires de Global Blue, société de services spécialisée dans la détaxe touristique.

Au moins 700 000 touristes chinois à Paris en 2012

Ils devancent le Brésil (680 euros), la Russie (1 000) ou l'Inde (765) mais sont précédés par les touristes Arabie Saoudite dont le panier est de 6 100 EUR avec des achats record en joaillerie. "Pour les Chinois, la France, on pourrait même dire Paris, est la destination préférée en Europe pour le shopping", affirme Lucie Delahaye, directrice marketing à Global Blue France.

Selon l'office du tourisme de Paris, les touristes chinois sont de plus en plus nombreux à passer par la capitale. "Ils étaient au minimum entre 700 000 et 850 000 en 2012, soit une croissance à deux chiffres par rapport à 2011", explique t-on à l'office.