L’événement est à la hauteur du ras-le-bol. Victime d’agressions à répétition à Belleville (XXe), où elle vit et tient de nombreux commerces, la communauté chinoise a décidé, pour la première fois, de briser le silence après une ultime agression lors d’un banquet de mariage au début du mois.

Ce dimanche après-midi, 8 500 personnes ont envahi le boulevard de la Villette, entre Belleville et la place du Colonel-Fabien, arborant des tee-shirts “I love Belleville, sécurité pour tous”. “Cela fait des années que ça dure, affirme Jean, un trentenaire arrivé de Chine à 6 ans, qui a grandi dans le quartier et l’a quitté “en raison de l’insécurité”.

Les Chinois se taisent et les agresseurs en profitent. Les filles se font violer le soir et elles ne portent pas plainte car beaucoup n’ont pas de titre de séjour. Tout le monde, comme moi, s’est fait voler au moins une fois son argent”.

A côté de lui, un ami affirme avoir reçu un coup de couteau il y a quatre ans. Dans une lettre ouverte, les organisateurs, un collectif d’associations franco-chinoises, dénoncent une “augmentation des violences” commises par “des délinquants de plus en plus jeunes” et vivant dans le XXe.

“Les Chinois ont l’habitude de transporter des liasses d’argent en liquide, poursuit Jean. En début de mois, lors de la paie, des jeunes de 10 à 12 ans les attaquent”. Selon Wanli, arrivé en France il y a sept ans, “tous les soirs après 22 heures, des groupes volent les sacs des dames. Ils frappent d’abord. Mon père s’est fait voler son GPS dans sa voiture, et ma mère s’est fait prendre son sac en arrivant à la maison”.

“Plusieurs restaurants se sont fait braquer, ajoute Ming, membre d’une association du quartier. Ça ne peut plus continuer”. Le collectif, soutenu hier par la maire du XXe, réclame des “actions concertées et coordonnées” des autorités pour assurer la sécurité.