C'est sûrement l'une des expositions qui aura le plus marqué Paris cette année, tant son succès semble avoir dépassé toutes les espérances. La Tour Paris 13, ancien immeuble d'habitation rhabillé par des street-artistes avant sa démolition, a connu, durant un mois, un succès phénoménal : plus de 25.000 personnes sont venues la visiter selon la galerie Itinerrance à l'origine du projet. Et certains ont eu du courage, allant jusqu'à patienter plus de 8 heures avant de pouvoir entrer. Soit 600 à 1.000 personnes chaque jour, à raison de 49 visiteurs à la fois dans la tour pour des raisons de sécurité.

Les 36 appartements du 13e arrondissement, relookés par des artistes venus des quatre coins du monde ont fermé leurs portes jeudi soir pour laisser place au entreprises de démolition - un projet "en cohérence totale avec le mouvement du street-art", pour la galerie Itinerrance. Mais les oeuvres n'ont pas tout à fait disparu. D'abord parce que les photos prises par les visiteurs ont été largement partagées sur les résaux sociaux, notamment sur Instagram où l'on en comptent environ 15.000, notamment sous le hashtag officiel #tourparis13. Ensuite, parce que les organisateurs en appellent aux internautes pour sauver leurs pièces favorites.

Une deuxième vie, également éphémère

En effet, les oeuvres sont toujours visibles sur le site dédié, www.tourparis13.fr. Mais celui-ci est passé symboliquement en noir et blanc depuis le 1er novembre, au lendemain de la fermeture de la tour. Les internautes sont invités à se mobiliser pour redonner leurs couleurs aux pièces ou aux oeuvres qu'ils souhaitent conserver : il suffit de cliquer sur l'un des 500.000 morceaux virtuels de la tour, et ces gros pixels retrouveront la couleur. L'opération doit durer 10 jours : à partir du 11 novembre, seules les oeuvres entièrement repixelisées resteront sur le site. Les autres, comme la tour, disparaîtront.