Article actualisé à 17h50 avec la réaction de la porte-parole du Printemps français

Après la manifestation du 24 mars dernier, l'unité affichée des anti-mariage pour tous commence à se fissurer. Car depuis une semaine, une frange du mouvement, surnommée "le Printemps français" se radicalise et mène des actions coup de poing. Après une manifestation sous les fenêtres de Chantal Jouanno, ou l'envahissement d'une conférence du rapporteur du projet de loi à l'Assemblée nationale Erwann Binet, les militants s'en sont pris ce week-end à une manifestation associative parisienne.

L'espace des Blancs-Manteaux accueillait ce dimanche "le printemps des assoces", un regroupement d'associations gays et lesbiennes. Mais pendant la nuit, une vingtaine de militants ont recouvert d'affiches la façade et la porte vitrée de l'espace. Ils ont également retiré et subtilisé la banderole suspendue à l'entrée de la salle, puis posté une vidéo de leur action sur Facebook.

La vidéo retirée dans l'après-midi

"Nous avons découvert le saccage en arrivant ce matin, explique Nicolas Gougain, le porte-parole de l'inter-LGBT, qui organise l'évènement. On sent que les mots d'ordre de ce groupuscule n'ont plus grand chose à voir avec le mariage. Les méthodes se rapprochent de plus en plus du mode d'action de l'extrême droite. Mais nous ne nous laisserons pas intimider." L'association a porté plainte contre X pour vol de matériel et dégradation.

Le maire du 4e arrondissement, Christophe Girard, a lui aussi déposé plainte pour "dégradations de biens publics, actions à caractère discriminatoire dans un lieu municipal et entrave à la liberté d'expression". "Ces militants sont instrumentalisés par des mouvements politiques plus traditionnels. Mais nous ne laisserons rien passer. Le Parlement est souverain", affirme l'élu.

La manif pour tous porte plainte contre le Printemps français

"C'est un simple collage d'affiche, c'est une action pacifique. Les réactions sont totalement disproportionnées !" relativise Béatrice Bourges, la porte-parole du Printemps français. Elle affirme que son mouvement "revendique totalement" cette action. Mais la vidéo de cette nuit a depuis été retirée de Youtube. Certains militants apparaissent en effet à visage découvert. Des internautes auraient également repéré un jeune conseiller UMP parmi les colleurs.

De son côté, la porte-parole de la Manif Pour Tous, Frigide Barjot, a elle aussi annoncé son intention de porter plainte... contre le Printemps Français. "La violence n'a pas de place chez nous. Nous condamnons les actes du Printemps français. Ils pourrissent notre mouvement, se plaint l'égérie du mouvement. Ils nous ont pillés, parodiés, ils portent préjudice à notre philosophie de la Manif Pour Tous". L'unité qui prévalait entre les opposants au mariage pour tous semble donc bel et bien fissurée.