Un sursis pour la maternité des Lilas. Après trois jours et deux nuits de campement sous les fenêtres de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, les soutiens à la maternité emblématique de Seine-Saint-Denis ont été reçus mercredi soir, a annoncé jeudi le collectif.

Il indique avoir obtenu du cabinet de la ministre "un moratoire de trois mois" sur la décision prise le 3 juin par l'Agence régionale de Santé (ARS) de couper court aux travaux de reconstruction nécessaires à la survie de la maternité, temple de "l'accouchement sans douleur".

Un projet alternatif low-cost

Le moratoire doit permettre à l'équipe médicale des Lilas d'étudier le "projet alternatif" avancé par l'ARS pour des raisons d'économies. Ce projet consisterait à transférer la maternité dans les locaux désaffectés de l'hôpital intercommunal de Montreuil. Une hypothèse qui a jusqu'ici soulevé les protestations des défenseurs de l'établissement.

"Si ce projet ne permet pas de respecter intégralement le projet médical de la Maternité des Lilas et l'ensemble du personnel, ce projet alternatif sera définitivement abandonné" au profit du projet initial de reconstruction à quelques dizaines de mètres du site actuel, assure le collectif. Une nouvelle rencontre est prévue dans la deuxième quinzaine de septembre.

Pendant sa campagne pour la présidentielle, le 8 mars 2012, François Hollande était venu apporter son soutien à la reconstruction de la maternité. "Si les Français m'accordent leur confiance, avait alors déclaré le futur président, je serai très heureux et très fier de venir inaugurer la nouvelle maternité des Lilas."